Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Atmosphère politique : le temps d’un plein avec les moutons de Rosso…


A.O.S.A
Dimanche 7 Juin 2015 - 11:49


Atmosphère politique : le temps d’un plein avec les moutons de Rosso…

Véridique. Alors que j’attendais le pompiste dans la seule station commercialisant de l’essence, j’ai eu tout loisir d’assister à une scène naturellement tragique. L’animal aurait dû suivre son destin sans tambour ni trompette n’eût été son « bêê » de sage bélier avec des cornes de grand mâle ayant juste atteint la force de l’âge. De la perspective qui s’offrait à moi, on aurait dit qu’il était tranquillement installé sur le trottoir en train de regarder les charrettes passer.


Ce n’est que lorsqu’une dizaine d’autres « bêê » firent leur apparition sous mille formes, que soudain j’ai mieux regardé la scène avec la complicité de deux hartanis tout sourire dont l’un lâcha en hassanya vers les bêtes « il n’y a rien à faire, il s’en va ». En fait le grand bélier du premier « bêê » était ficelé jusqu’au cou dans un sac de toile. Il n’y avait de libre que sa tête, ses grandes cornes et son « bêê » de captif philosophe car il ne se débattait même pas. Le sac qui le contenait était sur un chariot à deux roues qui n’attendait apparemment qu’un coffre de voiture pour le jeter dedans avant un long voyage.


Le grand bélier ne faisait rien sinon lâcher de temps en temps des « bêê ! bêê ! » énigmatiques comme s’adressant à des fantômes pour leur dire : « éwa me voilà fait comme un rat » «  mayeu va’e viyeu shi » « il n’y a rien à faire, rien à tenter ». Il lâcha une autre variation du «  bêê » comme pour dire «  éwa maintenant adieu » avec un calme olympien. C’est là qu’une dizaine d’autres « bêê » attirèrent mon attention. Soudain à pas de loups les dents en moins, sortie de nulle part, s’avança une tribu de moutons, une dizaine de tout genre et tout gabarit dont deux femelles  frénétiques qui regardaient partout en lâchant des « bêê » hystériques qui semblaient dire aux mâles « éwa faites quelque chose ! vous voyez bien qu’il est pris ! ».


Les mâles étaient 5 de tous âges et de toutes les variations entre le noir et le blanc. Ils ne bougèrent pas laissant les femelles courir vers le grand bélier à base de « bêê » féminins qui criaient autour du captif «  mon dieu ! mon dieu ! Ils t’ont pris ! Ils t’ont pris ». Ils se touchèrent les babines comme pour échanger des flots de phéromones chargés d’information comme le bisou d’adieu sur le quai d’une gare sauf que là, le monsieur partait pour un aller sans retour avec des risques certains de finir la langue pendue au passage du couteau avant d’être cuit.


Le grand bélier lâcha un ou deux « bêê » de grand seigneur pour dire à ses femelles « adi adi, ce n’est rien, faut pas vous mettre dans cet état pour si peu, c’est naturel »


Pendant ce temps, les autres mâles restés à l’arrière lâchèrent en douce de sorte à n’être entendus que par eux « bêê » « bêê » comme on dit en discret conciliabule : «  éwa, on fait quoi ? Elles sont avec lui, elles attendent qu’on agisse ». Un mâle leva le cou et dit « bêê » d’une certaine façon et chacun comprit qu’ils étaient tous des moutons et que de toute façon il n’y a rien à faire. Que peuvent faire 5 moutons ou même dix pour libérer un bélier qui lui-même ne bouge pas. «  Il n’a qu’à bouger le premier et on fera le reste » dit un «  bêê » des plus mâles.


Les femelles étaient encore autour du grand bélier en lâchant de temps en temps « bêê » « bêê » vers les mâles qui tardaient à réagir  comme pour leur dire «  éwa c’est pour aujourd’hui ou demain ? ». Les 5 mâles qui ne pouvaient pas reculer firent un pas en avant histoire d’avancer et s’arrêtèrent d’un bloc comme méditant une stratégie d’attaque imparable comme l’attestaient quelques « bêê » bien placés qui arrivèrent aux oreilles des femelles comme du baume au cœur. Elles transmirent le message au bélier pris qui n’en avait lui-même rien manqué. Il tourna la tête vers les guerriers et émit un assortiment de « bêê » qui sauva la face des guerriers restés en arrière.


En effet, le grand bélier dit d’un ton martial aux plus jeunes «  ne bougez pas ! Inutile de risquer d’être pris avec moi, protégez plutôt les femmes  et fuyez ». Les femelles, prenant conscience d’un danger contagieux, passèrent de l’hystérie naturelle pour sauver le bélier à la froide raison pour sauver leur peau et les guerriers répondirent en chœur «  bêê » comme pour dire «  il n’en est pas question ! Tiens bon ! on arrive ! ». En vérité, ils savaient bien qu’ils n’iraient pas plus loin car déjà la voiture s’avançait. Là un vieux mâle sortit de nulle part sans émettre aucun « bêê » comme un érudit n’a plus besoin de parler sachant que seul le silence est d’or. Les guerriers le laissèrent passer pour gagner du temps sous prétexte de respect dû aux anciens.


Quand l’ancien s’approcha du bélier pris, les femelles retournèrent voir les guerriers comme pour leur dire «  éwa on fait quoi ? L’heure tourne ! ». Les guerriers, pour ne pas répondre, regardaient au loin comme absorbés par un stratagème trop important pour se laisser distraire par les pleurs des femmes, ce qu’elles comprirent sur-le-champ.


Plus aucun « bêê », chacun s’en remettait au diagnostic de l’ancien venu juger silencieusement du sérieux de l’affaire. Est-il le marabout ou le sorcier du clan prêt à jeter un sort au chariot ? Impossible à savoir. Toujours est-il que l’ancien fit le tour du chariot regarda le bélier comme un père regarde son fils avant de le faire circoncire pour voir s’il va faiblir. Le grand bélier prit son air le plus digne comme une statue qui nargue l’abattoir.


Puis l’ancien rassuré baissa la tête et retourna vers la tribu sans dire un mot. Tout le monde  comprit que dans une telle situation le mieux à faire est de laisser au captif sa dignité avant qu’il ne faiblisse. Les femelles dirent « bêê » « bêê »  comme d’autres font un signe de croix et les mâles ajoutèrent « bêê » sèchement pour dire « assez de pleurnicheries, courage ! partons… »

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires