Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Article 38 et wahhabisme constitutionnel : Aziz indexe les européens…


A.O.S.A
Vendredi 24 Mars 2017 - 13:15


Finalement, par respect pour son Excellence, j’ai pu trouver le temps de l’écouter entièrement et attentivement.  Au sortir de cette expérience visuelle et auditive, un peu comme la dernière innovation de Samsung ou d’Apple, je reste troublé...

 

Bien entendu, si Aziz s’adressait à la minorité pensante soit silencieuse soit active sur le net confidentiel, on pourrait estimer cette sortie sans intérêt car Aziz dit ce qu’il  veut sachant que personne ne le contredira jamais sérieusement ni ne le mettra en difficultés sinon ceux qui ont choisi ces journalistes en paille perdaient leur emploi sur-le-champ.

 

Par contre si on essaye de comprendre comment la communication est orchestrée, on découvre qu’Aziz a réussi un coup de maître de politicien sans états d’âme ni scrupules, l’essentiel étant de convaincre le plus grand nombre d’électeurs.  Un jour, à l’université ou dans les académies militaires, on enseignera peut-être comment un général civilisé a pu imposer ses volontés à tout un pays en jouant de toutes les faiblesses de l’articulation démocratique, avec une liberté d’expression totale et des prisons  vides de tout détenu d’opinion à l’exception de Ould Mkheitir.  

 

Ce miracle dictatorial est possible dès que le plus grand nombre est non seulement ignorant mais qu’en plus le pouvoir maîtrise tous les canaux d’information par lesquels le peuple peut s’informer sans risquer de croire aux lendemains meilleurs promis par une opposition discréditée, réduite à de la figuration pour confirmer la nature démocratique du régime.

 


Ces canaux d’information ne sont d’ailleurs pas multiples : il n'y a que la rumeur héritière du téléphone arabe, la télévision et la radio ; internet de part la médiocrité et la mauvaise foi des opposants n’étant qu’un outil de plus pour le pouvoir pour laisser les opposants s’exciter, les rumeurs se propager, les pétards exploser avant d’intervenir à la télé pour laminer tout ça.

 

Tout cela m’a frappé hier.  En me promenant, j’ai vu une hartania seule à 20H30 en train de regarder Aziz dans son Mbar, sorte de cabane en zinc, tissus et grillage sur un sol en ciment. Elle dînait et était entièrement captivée par le discours du chef de l’état. En regardant cette scène, j’ai compris qu’Aziz a réussi son coup comme le ferait n’importe quel politique de notre époque sur les 4 continents : convaincre qu’importe la mauvaise foi ou les ressorts cachés, convaincre de sorte à gagner des voix.

 

C’est ainsi que Trump a gagné, c'est ainsi que le brexit est passé à base de mensonges, c’est ainsi qu’en France Marine le Pen est aux portes de l’Elysée et ses idées dédiabolisées, c’est ainsi qu’en Israël la droite criminelle tient le pays par la peur des palestiniens, c’est ainsi que Poutine est au pouvoir etc.

 

La hartania ne va entendre que des choses qui peuvent paraître vraies sans jamais qu’elle puisse réaliser que c’est une vérité douteuse.  Par exemple, à propos de l’usage de l’article 38, personne de l’assistance ne peut contredire Aziz car cet article existe et il est clair comme dit Aziz mais la hartania peut-elle savoir qu’on ne peut pas sortir un article de son contexte et en avoir une lecture littérale à moins de faire du wahhabisme constitutionnel.

 

Un article n’a de sens de par rapport à tous les autres. Il faut voir si le sujet qu’il aborde est traité ailleurs dans la constitution comme c’est le cas avec le référendum et voir quelle est la cohérence de tout ça. 

 

Prendre un article seul et lui faire dire ce qu’il dit sans le confronter au texte auquel il appartient, c’est cela qui a donné le terrorisme islamique vu qu’il s’agit de prendre un verset qui dit clairement qu’il faut tuer les mécréants ou faire ceci et cela sans se soucier de ce qui dit l’esprit du Coran pris dans sa globalité.

 

La constitution n’est pas le coran mais c’est pareil pour n’importe quel document de droit ou même document tout court. On ne peut pas même dans un livre ou une interview sortir une phrase et dire voilà ce que dit l’auteur. De là le devoir en droit de motiver l’interprétation.

 

 

Aziz s’est contenté de dire qu’il a consulté les plus grands constitutionnalistes de ce pays, apolitiques de surcroît mais il s’est bien gardé citer leurs noms ni de mettre à la disposition des citoyens les motivations juridiques de ces experts de l’ombre. Le Pr Lo Gourmo a eu un bon mot en parlant de « travailleurs au noir… ».

 

Ces constitutionnalistes de l’ombre, invisibles comme des puissances surnaturelles, rappellent ces oulémas du pouvoir censés avoir cautionné la proposition de loi contre les violences basées sur le genre. On n’a jamais su de qui il s’agissait, de là certainement que le pouvoir a pris la fuite sitôt les conservateurs vent debout. Autant en emporte le vent…

 

Pour tout le reste de la sortie d’Aziz, c’est pareil. Il s’agit d’accommodements avec la vérité mais tout ce qu’il dit sur d’autres sujets n’est pas faux. Ce serait trop long de reprendre cette sortie à la lumière du public ciblé.

 


Juste un mot à propos de ce qu’il a dit à propos des européens et des étrangers en général. C’est très important à l’heure de la volonté du pouvoir de réviser l’histoire en indexant celles et ceux qui ont construit ce pays en collaborant au noble sens du terme avec les colons.

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires