Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Arrestation d'Abdoul Birane Wane : «Un kidnapping politique, plus qu'une arrestation»


Actualité
Dimanche 5 Février 2012 - 11:03

Le coordinateur du mouvement «touche pas à ma nationalité», Abdoul Birane Wane, a été arrêté samedi 4 février aux alentours de 15h, alors qu'il se rendait à l'hôpital national. Sans motif officiel, ni l'engagement d'aucune procédure légale. Ce qui fait dire à plusieurs membres de la société civile, qu'il s'agit d'un «kidnapping, ni plus, ni moins».


Abdoul Birane Wane (g), avec l'actuel président de la COD, Bâ Mamadou Alsane, lors du rassemblement de TPAMN le samedi 28 janvier 2012
Abdoul Birane Wane (g), avec l'actuel président de la COD, Bâ Mamadou Alsane, lors du rassemblement de TPAMN le samedi 28 janvier 2012
Un peu moins d'une centaine de sympathisants de TPAMN se sont massés devant les portes du commissariat de la police judiciaire, à Tevragh-Zeina, pour réclamer la remise en liberté de leur leader. «Nous sommes là depuis 9h ce matin; et jusqu'à présent ils sont sourds à nos demandes et ne daignent même pas nous donner une explication. Ils nous disent simplement que tant qu'on reste dehors on peut faire autant de bruit qu'on veut» explique Alasane Dia, porte-parole du mouvement.

Une source policière a quant à elle soutenu que les «directives de l'arrestation de Wane sont venues de très haut». «Une arrestation politique en somme; on s'en doutait» opine Alasane Dia.

Une situation qui fait réagir le microcosme de la société civile, dont IRA, à travers un communiqué dont Noorinfo a reçu copie: «Le dictateur mauritanien, Mohamed ould Abdel Aziz, ordonne l'arrestation, sans aucune procédure légale, de Abdoul Birane Wane, dirigeant de la coordination TPMN, qui s'est illustré avec ses amis, par la défense de la cause, ou plutôt des causes justes des négro-mauritaniens de Mauritanie; cette arrestation ou plus exactement, cette disparition ou kidnapping, nous rappelle, hélas, les deux décennies passées où le pouvoir en Mauritanie faisait disparaitre dans le silence et la complicité de la quasi-totalité des mauritaniens, les personnes d'ethnies noires» affirme Birame Ould Abeid, leader d'IRA-Mauritanie.

«Les tenants de l'actuel système sont dépassés par cette nouvelle Mauritanie qui émerge. Il faut qu'ils aient en tête que 2012 n'est pas pas 1989, et que personne ne se laissera faire. Dans ce cadre, nous mettons en garde les autorités contre toute atteinte à l'intégrité physique ou morale de Wane.
Il est dans un commissariat aux pratiques plus que controversées et polémique» affirme Birame Ould Abeid joint par téléphone au Sénégal, qui dans le même temps appelles les cadres et personnalités négro-mauritaniennes «arrimés au système», à «obéir à leur honneur et leur conscience».

"Les choses judiciaires et policières prennent une tournure de plus en plus dictatoriale en Mauritanie. Au vu et au su de tous. Le président de cette dictature, Mohamed Ould Abdel Aziz est dépassé par la gestion des crises sociales. Un militaire ne peut pas gérer un pays. Quand le racisme s'en mêle, et on en est là, tout est possible. Nous allons sérieusement commencer à penser à des réponses plus efficaces, peut-être plus radicales à apporter, pour que cesse cet arbitraire. Qu'il arrête son fils s'il est tant épris de justice" prévient Ahmedou Fall, sympathisant d'IRA venu manifester son soutien à Abdoul Birane Wane.

MLK
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires