Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Arabie saoudite : deux nouvelles décapitations, 75 exécutions en 2013


Lu sur le web
Mercredi 11 Décembre 2013 - 09:20

Deux personnes ont été décapitées au sabre, mardi, en Arabie saoudite. Ce qui porte à 75 le nombre des exécutions dans le royaume en 2013.


L'Arabie saoudite a exécuté 79 personnes en 2012. © DR
L'Arabie saoudite a exécuté 79 personnes en 2012. © DR
L'Arabie saoudite battra-t-elle son record de 2012 ? Il ne lui manque désormais que 5 exécutions à commettre pour dépasser le total de 79 réalisé l'année dernière. Mardi, un Saoudien condamné pour inceste et un Pakistanais pour trafic d'héroïne ont été décapités au sabre, respectivement à Jizan, dans le sud du royaume, et à Ryad, selon le ministère de l'Intérieur.
 
L'Arabie saoudite est l'un des pays au monde qui appliquent le plus la peine capitale, avec l'Iran (314 exécutions en 2012), l'Irak (129), les États-Unis (43) et la Chine (chiffre inconnu). Le viol, le meurtre, l'apostasie, le vol à main armée et le trafic de drogue sont passibles de la peine de mort dans le pays, qui applique de manière stricte la charia.
 
Les condamnés sont exécutés sur la place publique par décapitation (ou tir par balle pour les femmes), lapidation (en cas d’adultère), voire crucifixion. Et les corps des suppliciés sont parfois exposés sur la place publique, comme dans la vidéo ci-dessous, tournée en mai 2013, montrant cinq Yéménites après leur exécution. Leurs têtes pendaient dans des sacs à leur côté. Attention images choquantes.
 
Source : JA

Arabie Saoudite recherche bourreaux Halal

Avis aux éventreurs de Joseph Kony, aux égorgeurs d'Abdelhamid Droukdel et aux massacreurs d'Abubakar Shekau: l'Arabie saoudite recrute. Le job est sans risque cette fois puisque parfaitement légal, il requiert une certaine maîtrise technique qu'à coup sûr vous possédez déjà, il n'a rien de précaire puisque votre contrat sera à durée indéterminée et il est bien payé, ce qui ne gâche rien.

L'Arabie saoudite connaît en effet une inquiétante pénurie de... bourreaux, et le ministère de la Justice, qui, conjointement avec ceux de l'Intérieur et de la Santé (sic), gère et régule cette profession, est prêt à examiner les CV, pourvu qu'ils émanent de bons musulmans sachant manier le sabre. Cette information en provenance de Riyad, où les décapitations du vendredi, après la prière, sur la place Dira, dite « place coupe-coupe », sont l'une des distractions prisées des habitants, est sérieuse.

On ne sait pas pourquoi au juste les bourreaux sont de plus en plus difficiles à dénicher, mais ce spectacle barbare, qui s'est reproduit à soixante-seize reprises en 2012 et vingt-six fois depuis le début de cette année, est apparemment menacé. Soucieux de maintenir cette spécificité culturelle inhérente à leur patrimoine religieux, les gardiens des lieux saints ont trouvé une solution de remplacement : le peloton d'exécution, quitte hélas à devoir éloigner le public, une balle perdue étant vite arrivée. Il va donc de soi que ce pis-aller ne saurait être que provisoire : rien ne vaut l'éclair de la lame faisant gicler le sang sur le sable chaud sous les applaudissements des connaisseurs.

Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires