Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Âpres discussions entre Areva et le Niger sur l’uranium


Actualité
Dimanche 30 Mars 2014 - 13:13

Le gouvernement nigérien et la société française Areva mènent de rudes négociations pour l’uranium nigérien, stratégique pour les deux parties.


Âpres discussions entre Areva et le Niger sur l’uranium
Alors que Niamey exige qu’il contribue désormais au financement du développement du pays, le géant français du nucléaire, qui dépend étroitement de l’extraction de ce minerai, défend ses anciens privilèges. 
 
Les contrats d’exploitation des mines d’Areva au Niger sont arrivés à échéance le 31 décembre 2013 et doivent être renouvelés. L’Etat du Niger et l’entreprise française se sont déjà retrouvés à quatre ou cinq reprises, "alternativement à Niamey et Paris", en quête d’un accord, affirmait mi-janvier Oumarou Hamidou Tchiana, le ministre des Mines nigérien, qui annonçait une nouvelle rencontre ces derniers jours. 
 
Pour Areva, il s’agit de maintenir au meilleur coût possible sa présence au Niger, le deuxième pays - derrière le Kazakhstan et devant le Canada - pour le groupe en termes de production, selon un porte-parole du groupe français. L’enjeu est crucial pour la France, dont l’Etat est actionnaire à 80% d’Areva et où 75% de l’électricité produite est d’origine nucléaire. 
 
Areva extrait environ un tiers de son uranium de la Cominak et de la Somaïr, deux mines situées dans la région d’Arlit (nord), où le risque terroriste est élevé.Cinq Français et un Togolais y avaient été enlevés en 2010.Deux d’entre eux avaient été libérés en 2011, et les quatre autres fin 2013. 
Pour le Niger, le contrôle des ressources naturelles est en jeu. L’Etat souhaite qu’une loi minière adoptée en 2006 (qui notamment supprime les exonérations fiscales), à laquelle Areva n’est pour l’instant pas soumise, soit appliquée. 
 
Le taux de redevance sur la valeur du minerai extrait passerait ainsi de 5,5% actuellement à 12%, venant renflouer les finances du pays dont l’uranium représente plus de 70% des exportations, selon Oxfam France, une ONG militant pour une redistribution plus équitable des bénéfices miniers. 
 
 Or d’après M. Tchiana, ce minerai n’a rapporté que 70 milliards de francs CFA (environ 107 millions d’euros) à l’Etat nigérien en 2013, soit moins de 5% du budget national.Une paille au vu des besoins en liquidité de ce pays sahélien aride. Le Niger, quatrième producteur d’uranium mondial, pointe année après année en dernière position en terme d’indice de développement humain, selon l’ONU. 

Source : AFP
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires