Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Anniversaire: 9 avril 1948, le massacre de Deir Yassin


International
Mardi 9 Avril 2013 - 19:46

A l’aube du 9 avril 1948, les commandos de l'Irgun (dirigé par Menachem Begin) et le Gang Stern ont attaqué Deir Yassine, un village d’environ 750 habitants palestiniens. Le village était situé à l’extérieur de la zone assignée par les Nations Unies à l'Etat Juif; En tout, 100 hommes, femmes, et enfants ont été systématiquement assassinés.


Anniversaire: 9 avril 1948, le massacre de Deir Yassin

Le village était situé à l’extérieur de la zone assignée par les Nations Unies à l'Etat Juif; 


Il avait la réputation d’être paisible. 

Mais il était situé sur une hauteur dans le couloir entre Tel Aviv et Jérusalem


Il avait été prévu l’occupation de Deir Yassine dans le cadre du Plan Dalet et la principale Force de Défense Juive, la Haganah, a autorisé les forces terroristes irrégulières de l'Irgun et du Gang Stern d’en prendre le contrôle.

En tout, 100 hommes, femmes, et enfants ont été systématiquement assassinés. 

53 orphelins ont été littéralement déposés le long du mur de la Vieille Ville, où ils ont été trouvés par Mlle Hind Husseini qui les a ramené à sa maison située derrière l'hôtel American Colony, qui devait devenir l'orphelinat Dar El-Tifl El-Arabi.

Une partie de la lutte pour l'autodétermination des Palestiniens a été de dire la vérité au sujet des Palestiniens en tant que victimes du Sionisme. 

Pendant trop long leur histoire a été niée, et ce démenti a seulement servi à augmenter l’oppression et à déshumaniser de façon délibérée les Palestiniens enIsraël, à l'intérieur des Territoires Occupés, et à l'extérieur dans leur diaspora.


Des progrès ont été faits. 

Les Occidentaux se rendent compte maintenant que les Palestiniens, en tant que peuple, existent. 

Et ils commencent à savoir que pendant la création de l'état d'Israël, des milliers de Palestiniens ont été tués et plus de 700.000 ont été expulsés ou poussés par la peur à quitter leurs maisons et leurs terres sur lesquelles ils avaient vécu depuis des siècles.

Deir Yassin Remembered cherche à effectuer le même progrès au sujet des victimes du Massacre de Deir Yassine.



Déroulement des évènements


Début de l’attaque du commando 

A l’aube du 9 avril 1948, les commandos de l'Irgun, dirigé par Menachem Begin, et le Gang Stern ont attaqué Deir Yassine, un village d’environ 750 habitants palestiniens. 

C’était quelques semaines avant la fin du Mandat Britannique.

Le village était situé à l’extérieur de la zone que les Nations Unies avaient recommandé pour faire partie du futur Etat Juif.

Deir Yassine avait la réputation d’être un village paisible. 

Un journal Juif avait préconisé d’en expulser plusieurs militants Arabes 

Mais il était situé sur une hauteur dans le couloir entre Tel Aviv et Jérusalem

Un projet, le Plan Dalet, gardé secret jusque bien des années plus tard, demandait sa destruction et l’évacuation de ses habitants pour construire un petit terrain d'aviation qui desservirait les habitants juifs cernés de Jérusalem.



Plus de 100 morts

A midi, plus de 100 personnes, dont la moitié étaient des femmes et des enfants, avaient été systématiquement assassinés. 

Quatre membres des commandos avaient été tués par la résistance Palestinienne équipée de vieux Mausers et de vieux mousquetons. 

Vingt-cinq villageois masculins ont été chargés dans des camions, exhibés dans le quartier Zakhron Yosef à Jérusalem, et puis emmenés dans une carrière de pierres située le long de la route entre Givat Shaul et Deir Yassine et abattus. 

Les habitants restants ont été conduits à dans Jérusalem-Est Arabe.



Manipulation de la presse

Ce soir-là, les Irgunistes et les Sternistes ont escorté une partie des correspondants étrangers jusqu’à une maison à Givat Shaul, une colonie juive voisine fondée en 1906. 

En buvant le thé et des biscuits, ils ont amplifié les détails de l'opération et les ont justifiés, en disant que Deir Yassine était devenu un point de concentration pour les Arabes, les Syriens et les Irakiens, qui prévoyaient d’attaquer les banlieues ouest de Jérusalem

Ils ont dit que 25 membres de la milice de la Haganah avaient renforcé l'attaque et qu'un Juif parlant Arabe avait averti les villageois depuis le haut-parleur d'un véhicule blindé. 

Ceci a été dûment rapporté dans le New York Times le 10 avril.

Un décompte final de 254 corps a été rapporté par le New York Times le 13 avril, un jour après qu'ils aient été finalement enterrés. 

Après cela, les dirigeants de la Haganah ont pris des distances vis à vis de leur participation à l'attaque et ont publié une déclaration dénonçant les dissidents de l'Irgun et du Gang Stern, tout comme ils l’avaient fait après l'attaque sur l’Hotel King David en juillet 1946. 

Une étude de 1987 effectuée par le Centre de Recherche et de Documentation de la Société Palestinienne de l’Université de Birzeit a trouvé que "le nombre de tués ne dépassait pas 120".


Les dirigeants de la Haganah ont admis que le massacre "déshonorait la cause des combattants juifs et déshonorait les armes et le drapeau juifs." 

Ils ont été discrets sur le fait que leur milice avait renforcé l'attaque des terroristes, bien qu'ils n'aient pas participé à la barbarie et au pillage pendant les opérations consécutives de "nettoyage".


Objectifs atteints

Ils ont également été discrets sur le fait que, selon les paroles de Begin, "Deir Yassine a été pris avec la connaissance de la Haganah et avec l'approbation de son commandant "comme partie de son" plan pour établir un terrain d'aviation."

Ben Gurion a même envoyé des excuses au Roi Abdullah de la Trans-Jordanie. Mais cet acte terrifiant a bien servi le futur état d'Israël

Selon Begin :
'Les Arabes de tout le pays, induits à croire les récits de la "boucherie de l'Irgun," ont été saisis d’une panique sans limites et ont commencé à fuir pour sauver leurs vies. 
Ce départ massif s'est bientôt développé en un sauve-qui-peut de panique et incontrôlable. 
La signification politique et économique de ce développement peut difficilement être surestimée
."


Conséquences

Sur les 144 maisons, 10 ont été dynamitées. 

Le cimetière était plus tard rasé au bulldozer et, comme des centaines d'autres villages palestiniens suivront, Deir Yassine a été rayé de la carte. 

En septembre, des immigrés juifs orthodoxes de Pologne, de Roumanie, et de Slovaquie ont y été installés en dépit des objections de Martin Buber, Cecil Roth et d'autres dirigeants juifs, qui pensaient que le site du massacre devrait être laissé inhabité. 

Le centre du village a été renommé Givat Shaul Bet. 

Lors de l’expansion de Jérusalem, la terre de Deir Yassine est devenue une partie de la ville et est maintenant connue tout simplement comme le secteur entre Givat Shaul et la colonie d’Har Nof sur les pentes ouest de la montagne.


Le massacre des Palestiniens de Deir Yassine est l’un des événements les plus significatifs dans l'histoire palestinienne et israélienne du 20ème siècle. 

Ce n'est pas en raison de son importance ou de sa brutalité, mais parce que ce fut le début d'une véritable dépopulation calculée de plus de 400 villages et villes arabes et de l'expulsion de plus de 700.000 habitants palestiniens pour faire de la place aux survivants de l’Holocauste et des autres juifs venant du monde entier.
(liste des villages détruits)
 




Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire