Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Alimentation : manger par besoin ou par plaisir ?


Société
Mardi 25 Août 2015 - 07:00

Des chercheurs ont identifié les neurones qui poussent à consommer une nourriture adaptée aux besoins énergétiques plutôt que des aliments riches.


Alimentation : manger par besoin ou par plaisir ?
Des chercheurs ont découvert sur des souris des neurones stimulant la prise alimentaire pour combler les besoins énergétiques, et non les aliments "plaisir". Des chercheurs ont découvert sur des souris des neurones stimulant la prise alimentaire pour combler les besoins énergétiques, et non les aliments "plaisir
 
 « Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger », peut-on lire dans L'Avare de Molière. Pour mieux différencier la part de la prise alimentaire nécessaire à l'organisme de celle liée au plaisir, des chercheurs du laboratoire Biologie fonctionnelle et adaptative (CNRS/Université Paris-Diderot) ont récemment mené des expériences sur des souris.
 
Ils se sont intéressés aux neurones qui interviennent dans le besoin et dans l'envie de manger ainsi qu'aux conséquences d'éventuels problèmes les concernant. Leurs résultats viennent d'être publiés dans la revue Cell Metabolism.
 
« Le comportement alimentaire est régulé par différentes voies nerveuses et le fait de manger est ainsi contrôlé à la fois par les besoins énergétiques de l'organisme, mais aussi par le plaisir associé à la nourriture », rappellent les chercheurs en préambule. Leur but était de comprendre les implications et les connexions des différents circuits nerveux concernés par la prise alimentaire.
 
Car le fait de connaître les contributions respectives du circuit qui maintient l'équilibre énergétique et du circuit de la récompense (ou du plaisir) devrait permettre de lutter plus efficacement contre l'obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires.
 
Recherche du plaisir
 
L'équipe de Serge Luquet s'est donc intéressée à un groupe de neurones de l'hypothalamus, bien connus pour leur rôle dans la prise alimentaire, puisqu'ils font partie du circuit qui maintient l'équilibre énergétique. Ils sont notamment activés en cas de jeûne ou d'hypoglycémie, pour inciter à se nourrir. C'est pourquoi ils ont été jusqu'à présent considérés comme des cibles de choix pour la mise au point de traitements contre l'obésité.
 
Grâce à des expériences chez des souris privées de ces neurones, on sait désormais qu'ils sont essentiels pour déclencher la prise alimentaire, « lorsque la nourriture n'a pas de valeur hédonique forte et constitue simplement une réponse aux besoins métaboliques ». En revanche, ils contribuent moins à la prise alimentaire lorsque la nourriture est très tentante, riche en graisses et en sucres.
 
 Quand ces neurones sont absents ou inhibés (ici par une intervention génétique), les souris consomment moins l'alimentation standard, même après un jeûne. En revanche, elles mangent normalement si on leur donne des aliments riches en graisses et en sucres.
 
Les chercheurs expliquent leur découverte par la stimulation d'autres voies nerveuses, en particulier l'activation de neurones impliqués dans le circuit de la récompense. L'animal ne tient alors plus compte des besoins énergétiques de son organisme, il ne recherche que le plaisir provoqué par les aliments. Conséquence logique : il grossit.
 
Pour les chercheurs, « une exposition continue à des nourritures riches pourrait avoir des conséquences similaires en induisant une désensibilisation de ces neurones (ceux de l'équilibre énergétique, NDLR) au profit d'un contrôle par le circuit nerveux de la récompense ». Et pas seulement chez les souris...

lepoint.fr
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter