Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Al Wataniya lancée


Vu de Mauritanie par MFO
Dimanche 3 Novembre 2013 - 14:45


Al Wataniya lancée
C’est la cinquième chaine privée lancée en Mauritanie. Depuis hier, Al Wataniya émet régulièrement. Son directeur Hanefy Ould Dehah a fait appel à de grands professionnels dont Brahim Ould Abdallahi qui a été directeur de la première télévision nationale, alors jumelée avec la radio. Cette expérience est associée à de jeunes talents. On espère qu’avec cette équipe, Al Wataniya pourra proposer un contenu nouveau et porteur.

Avant-hier soir, et pour combler un vide né du report d’une rencontre avec Messaoud Ould Boulkheir, président de l’Assemblée nationale, Hanefy Ould Dehah a animé lui-même un débat sur la participation aux prochaines élections. Il était prévu d’opposer deux points de vue : celui d’un participationniste et celui d’un boycottiste. Au début, c’était Mohamed Ould Khlil qui devait représenter le point de vue du boycott, alors que celui de la participation était représenté par Maokhtar Ould Dahi, membre du directoire de l’UPR et Ambassadeur de la Mauritanie à Rome. Finalement Ould Khlil a décliné, prétextant que Ould Dahi n’est pas comme lui «un vice-président» de son parti comme il l’est lui-même à l’UFP. Puis il a été décidé que c’est le responsable de la communication du parti, Bebana Ould Gawad qui représentera ce point de vue. Malheureusement, celui-ci n’a pu rejoindre le groupe pour des raisons indépendantes de sa volonté. Ce qui fait que le débat était quelque peu faussé. Nous restait qu’une remarque : Les absents ont toujours tort, quelque soit par ailleurs la cause de cette absence.

Si l’on élargit cette conclusion aux élections, on dira que le boycott peut être fatal pour les partis politiques qui l’adoptent. L’expérience de 1992 est là pour nous en donner la preuve. Rappelons combien était essentiel le rôle du boycott dans la déliquescence des partis d’opposition de l’époque : l’Union des forces démocratiques (UFD) devait éclater en mille morceaux, les cadres et militants de l’opposition ont été débauchés, vidant le travail politique de sa substance… C’est aussi cette décision qui a été la cause de la «paralysie de la démocratie»…

Quand survient le coup d’Etat salvateur du 3 août 2005, qui tenait encore dans les rangs de l’opposition ? Le président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD) et quelques fidèles… Les autres partis sont alors en plein processus de compromission avec le pouvoir dans la mesure où le «compromis historique» proposé sous forme de dialogue avec le pouvoir n’a finalement rien signifié en termes d’ouvertures et d’entente.

Si l’opposition a reculé à l’époque, c’est bien parce qu’elle s’est volontairement mise à l’écart. L’erreur a été d’opter pour le boycott sans proposer de solution alternative. Ce qui devait relever d’un manque de discernement et une incapacité à faire la part des choses, notamment à mesurer le rapport des forces, devient apparemment un mal congénital parce que nous en sommes là : les mêmes qui ont souffert et regretté le boycott de 1992 refusent aujourd’hui d’aller aux élections.

Il faut espérer que quand les élections se dérouleront et quand il va falloir en tirer des conclusions, il se trouvera quelqu’un pour se rappeler que des compagnons sont restés au bord de la route…

Mohamed Fall Ould Oumere
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter