Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Al-Qaida nomme un nouveau chef au Mali


Actualité
Mercredi 28 Novembre 2012 - 22:12

Avec la nomination d'un nouveau jeune leader terroriste au Sahara, al-Qaida tente d'attirer les jeunes Mauritaniens, mettent en garde les spécialistes.


[AFP/France 2] Le Mauritanien Mohamed Lemine Ould Hacen (alias Abdallah al-Chinguetti) est le nouveau leader de la brigade Al Vourghan d'al-Qaida.
[AFP/France 2] Le Mauritanien Mohamed Lemine Ould Hacen (alias Abdallah al-Chinguetti) est le nouveau leader de la brigade Al Vourghan d'al-Qaida.
Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) a nommé la semaine dernière un jeune Mauritanien au poste d'émir de sa brigade Al Vourghan.

Mohamed Lemine Ould Hacen remplace l'Algérien Yahya Abou El Hammam (de son vrai nom Jemal Oukacha), récemment promu émir du Sahara. El Hammam est connu comme l'un des leaders terroristes les plus sanguinaires et les plus radicaux.

"Ould Hacen est le premier Mauritanien à commander une unité ou une brigade d'al-Qaida dans la région", a précisé al-Akhbar à propos de cette nomination du 22 novembre.

"Jusqu'à présent, les Mauritaniens présents dans l'organisation étaient en charge des affaires religieuses, des médias et d'autres domaines non liés à la direction de brigades ou de bataillons", a souligné al-Akhbar.

Le nouveau chef de cette katibat devrait également occuper les fonctions de porte-parole pour la région sud d'al-Qaida, qui couvre le nord du Mali et la région désertique qui borde le Mali, la Mauritanie et l'Algérie.

Selon l'agence ANI, Ould Hacen, également connu sous le nom d'Abdallah al-Chinguetti, est originaire du village de Frewa, dans la région de Trarza. Il est considéré comme l'un des intellectuels et des théoriciens du réseau terroriste.

L'agence de presse a ajouté que la brigade Al Vourghan, basée à Tombouctou, est l'unité d'al-Qaida qui est le plus fréquemment en contact avec l'armée mauritanienne. Les heurts à répétition proviennent de la position de ce groupe terroriste sur la frontière mauritano-malienne, ainsi que du fait qu'il compte le plus grand nombre de Mauritaniens dans tout le réseau al-Qaida, selon ANI.

Hamadi Ould Dah, spécialiste du terrorisme, a expliqué que la nomination d'un Mauritanien revêt de multiples significations, dont la plus importante est le fait que "al-Qaida tente d'impliquer certaines jeunes recrues dans ses rangs, notamment après les actes horribles commis contre les populations dans le territoire occupé de l'Azaouad".

"L'autre intention est de mettre l'armée mauritanienne dans l'embarras en la contraignant à mener la guerre contre une brigade dirigée par un jeune Mauritanien stationné à la frontière, risquant ainsi de donner l'impression que des gens issus de la même nation se combattent entre eux", a expliqué Ould Dah.

"C'est, de plus, une tentative désespérée de s'imposer auprès des tribus qui vivent le long de la frontière mauritanienne avec le Mali."

Ce Mauritanien rompra "les stéréotypes au sein d'al-Qaida et parmi les terroristes d'origine algérienne qui ont eu tendance à monopoliser le leadership et à laisser la publication des fatwas au soin des Mauritaniens", a expliqué le journaliste Mohamed Mahmoud Ould Cheikh à Magharebia.

"C'est également une tentative de retenir les jeunes Mauritaniens et de les dissuader d'aller rejoindre d'autres groupes comme le Mouvement pour l'unité et le djihad [MUJAO], un groupe issu des rangs d'al-Qaida dirigé par le Mauritanien Hamada Ould Khairi", a-t-il ajouté.

"Les Mauritaniens ont un sentiment d'injustice qui les pousse à quitter l'organisation-mère et à créer un cadre qui leur soit propre", a-t-il ajouté. "Seuls quelques-uns d'entre eux sont restés au sein de la katibat Al Vourghan."

Cette nomination "est une tentative d'al-Qaida de créer un certain équilibre entre différentes nationalités... et une réponse à une jeunesse désabusée qui a été exclue de l'organisation terroriste", a précisé le journaliste Rajel Ould Oumar.

Selon l'agence de presse Sahara Media, le nouvel émir de la brigade Al Vourghan est né en 1981 à Nouakchott. Ould Hacen a obtenu en 2006 un diplôme de l'Institut supérieur d'études et de recherches islamiques, où il a présenté sa thèse alors qu'il était emprisonné pour appartenance à l'un des groupes djihadistes lors de la période de transition et sous le régime de l'ancien Président mauritanien Ely Ould Mohamed Vall.

Après près de quatorze mois de détention, il avait disparu en 2006, pour réapparaître ensuite en tant que porte-parole de l'émirat saharien d'AQMI.

Par Raby Ould Idoumou pour Magharebia
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires