Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Ahmedou Ould Abdallah : La Mauritanie, de gré ou de force, au centre d’une crise. Diabali en est un coût.


Actualité
Dimanche 16 Septembre 2012 - 20:25

Dans un entretien accordé à KASSATAYA.COM, M. Ahmedou Ould Abdallah ancien représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en Somalie, aujourd’hui président du Centre 4S a indiqué que la Mauritanie est aujourd’hui, « de gré ou de force, au impliquée dans une crise », faisant allusion à l’instabilité qui secoue le Mali et toute la région du Sahara-Sahel.


Ahmedou Ould Abdallah : La Mauritanie, de gré ou de force, au centre d’une crise. Diabali en est un coût.

Fort de son expérience de négociateur dans des crises difficiles, le diplomate mauritanien avertit :« on sait comment commence une crise mais on ne sait pas comment l’arrêter ». Cette observation fait écho au rôle prêté à la Mauritanie, notamment le soutien, réel ou supposé, qu’elle apporte aux rebelles du MNLA qui, selon M. Ould Abdallah« étaient et sont toujours en Mauritanie ». Présence que M. Mohamed Ould Abdel Aziz, le président mauritanien, reconnaissait lui-même dans un entretien conjoint accordé à plusieurs médias français en avril 2012 et qui, selon lui, est de la même nature que la présence des Maliens du Sud en Mauritanie.
 

Mais, M. Ould Abdallah rappelle que toute crise a un coût et la bavure de Diabali (Mali) en est une des manifestations. Le diplomate mauritanien ne voit cependant pas le tableau totalement sinistré. Il a salué la décision des autorités mauritaniennes de considérer l’incident de Diabali comme une bavure. Le diplomate mauritanien a condamné la mort d’une quinzaine de prédicateurs musulmans dont vraisemblablement huit étaient de nationalité mauritanienne.
 

Mais au-delà de l’aspect tragique de l’incident,  M. Ould Abdallah attire l’attention sur les dangers qui guettent la poudrière du Sahara-Sahel si l’instabilité n’y est pas rapidement circonscrite, le Mali n’en étant que l’épicentre. De ce point de vue, les mouvements de panique au sein des populations des régions frontalières suite à l’incident sont symptomatiques de l’atmosphère électrique qui  y règne. Les populations sont en proie à d’incessantes crises d’angoisses que, parfois, suffisent à provoquer de simples rumeurs.
 

M. Ould Abdallah impute l’instabilité dans la région à des enjeux qui dépassent les seules capacités des Etats pris individuellement. Les bandes de trafiquants qui écument la zone s’inscrivent dans une dynamique qui implique des cercles au-delà du continent africain. Ceux-ci mobilisent des moyens financiers parfois supérieurs aux budgets des services de sécurité des pays de la région. Au cœur du trafic, la drogue, les armes, la cigarette, le carburant, les otages. Si la situation perdure c'est principalement en raison d'un déficit de gouvernance. Ce qui conduit le diplomate mauritanien à déplorer « le manque de représentativité, la corruption endémique et le détachement  des opinions publiques en particulier les jeunes qui ne se reconnaissent plus dans les autorités publiques ». Pour ne rien arranger, la dissémination de la menace bénéficie des effets de la démocratisation des moyens de communication : Internet, téléphone, satellite. De l'avis de cet observateur averti,  « nous sommes dans une ère nouvelle et nous combattons la situation actuelle avec des méthodes qui ne sont pas adaptées ».
 

Dès lors, M. Ould Abdallah préconise une approche inclusive qui associe les pays « concernés ou intéressés, du Cap-Vert à la Mer rouge ». Le président du Centre 4S souligne par ailleurs l’importance de gérer de façon transparente les moyens mis en œuvre dans le cadre de la lutte contre l’insécurité dans le Sahara-Sahel. Il avertit enfin : « Au stade actuel l’intégrité territoriale du Mali n’est pas menacée. Et si elle devait l'être cela menacerait les autres pays de la région. Le Mali ne peut plus fonctionner comme avant, il y a un prix à payer pour le retour à la paix ». Reste à savoir lequel et si tous les protagonistes du drême qui se noue seront disposés à s'en acquiter.
 

Abdoulaye DIAGANA
Source : www.kassataya.com
 

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires