Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Agriculture : L'affaire des engrais en 2012? "Un crime économique"


Economie
Vendredi 29 Mars 2013 - 19:30

Des dossiers et des documents officiels dévoilés par le site Alakhbar ont montrent une gabegie insoupconnée, et de grands dysfonctionnements dans le marché des engrais destinés à la campagne agricole 2012/2013 et à travers laquelle, la société SOGICOR appartenant à la famille Ehl Weddady s'est fait de l'argent, au détriment des agriculteurs le plus souvent.


Agriculture : L'affaire des engrais en 2012? "Un crime économique"
Les documents montrent que SOGICOR remporté l’avis d’appel d’offres lancé par le ministère en novembre 2011 pour la fourniture des besoins de la campagne agricole en engrais et autres produits de lutte contre les oiseaux granivores. La société s’est engagée à fournir 12600 tonnes de ces différents produits le 3 mai 2012, mais n’a pas respecté son engagement puisqu’elle n’a pas fourni les quantités indiquées. La société SOGICOR a même procède a l’augmentation du prix de la tonne d’un des produits qui est passé de 307,95 euros à 400 euros avec transport à Dakar et non plus à Nouakchott.

Le retard des engrais, la pression des agriculteurs, les rassemblements devant le palais présidentiel jusqu’à des heures tardives de la nuit ont obligé le gouvernement à organiser un mini conseil des ministres présidé par Moulaye Ould Mohamed Lagdaf auquel ont participé quelques ministres. Le mini conseil a discuté de la situation du marché, des justifications du retard de la livraison des engrais avancées par SOGICOR et de sa demande d’augmenter le montant de l’avis d’appel d’offres initial pour faire face à la nouvelle augmentation des frais pour un montant de 397.098.000 UM.

Le comité ministériel, composé en plus du PM, de Taleb Ould Abdi Vall, ministre des finances par intérim, Bemba Ould Daramane, ministre du commerce, Brahim Ould Mbarek, ministre du développement rural, de Mohamed Lemine Ould Aboye, ministre de l’hydraulique, Bâ Ousmane, le Secrétaire Général du gouvernement et de Mohamed Ould Mouhamedou, le commissaire à la sécurité alimentaire a constaté les écarts entre les avis d’appel de SOGICOR où celui du Mazout a atteint 33.562 UM par tonne, c’est ‘a dire 302.058.000 UM pour les 9000 tonnes. Alors que les frais de transport jusqu’à Rosso (en terre mauritanienne) ont atteint 95.040.000 UM, c'est-à-dire 10.560 UM pour chaque tonne. Le comité a étudié de propositions de solution avancées par la Sonimex et un fournisseur suisse.

Selon un procès verbal de réunion dont Al Akhbar détient copie, la Sonimex a proposé au ministère du développement rural deux choix. Le comité ministériel a reconnu que la proposition de SOGICOR reste la meilleure eu égard au délai de livraison et au prix. La première alternative étant que l’Etat prend en charge les frais de transport (397.098.000 UM) et la seconde de conserver les termes du premier appel d’offres de la SOGICOR à condition que l’Etat exonère les produits des impôts de la TVA et de l’IMF. Le comité a délibéré par le rejet de ces marchés étant entendu qu’il est impossible de surseoir à ces impôts d’une part et à cause de la cherté des propositions, d’autre part et a demandé à la Sonimex de procéder dans les plus brefs délais a l'achat de 13.000 tonnes d’engrais nécessaires à la campagne agricole.

Le ministère des finances se chargera de payer l’augmentation résultante des nouveaux prix non prévus dans le budget du ministère du développement rural. Le ministère du développement rural, celui des finances et la Sonimex ont signé un accord tripartite annulant l’avis d’appel d’offres à travers l’achat de la quantité de produits pour une augmentation qui a atteint selon le texte de l’accord 612.780.000 UM. Plusieurs justificatifs comme la forte augmentation des prix des engrais sur les marchés internationaux, le calendrier des campagnes agricoles qui impose de fixer un délai pour l’achat de ces produits… ont été avancés.

Au cours du mois de mai de l’année passée, les agriculteurs et les diplômés chômeurs ont manifesté accusant le gouvernement mauritanien de crime économique vis-à-vis du pays pour avoir laissé les agriculteurs sans les engrais qu’il a promis pourtant de leur disponibiliser. Le Président de l’association pour le développement et la diversification agricole de Rosso, Yahya Ould Beiba considère qu’en ne donnant que 15 kilogrammes par hectare au lieu des 210 qui étaient prévus, le gouvernement a tiré la balle de grâce sur la campagne agricole 2012/2013. Le Président de l’association a déclaré que les mesures suivies constituent un crime économique que ni le gouvernement ni l’opposition n’ont dénoncé. Ould Beiba a déclaré que jusqu’à présent, seules 400 tonnes d’engrais venant du Maroc sont arrivés et seront partagés à raison de 15 kgs/Hectare.

Source : alakhbar
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires