Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Agences de notations : la notation financière, l’inutile onéreux


Tribunes
Dimanche 9 Septembre 2012 - 10:46

D’un point de vue juridique, la note n’est rien. C’est bien cela le problème. La note financière a même la particularité d’être un avis qui n’engage pas son auteur.


Agences de notations : la notation financière, l’inutile onéreux
Qu’est-ce qui ne sert à rien, coûte cher et fait peur à tout le monde ? C’est la question que m’a inspirée le flot de mails que j’ai reçus sur le maintien de la note du Sénégal par Standard & Poor’s. Certes, il est légitime pour un investisseur de s’interroger sur l’aisance financière d’un emprunteur. Traditionnellement, la réponse était donnée par des analyses internes des établissements de crédit à partir des garanties offertes, avant l’intervention des artistes qui se sont érigés en inspecteurs de la solvabilité financière des demandeurs. Le dynamisme du capitalisme a affiné le processus en créant un face-à-face entre l’éventuel investisseur en quête de placement et le candidat en quête de fonds.

Résultat, une situation de dépendance arbitrée par la note financière, boussole de la mobilisation financière, au point que les emprunteurs se croient obligés d’y recourir pour accéder au crédit. Le comble, c’est que les émetteurs d’emprunt rémunèrent les agences de notation pour leur fournir des informations disponibles dans leurs propres comptes, afin de déterminer la qualité de leur signature, du titre et du recouvrement.

Sauf que d’un point de vue juridique, la note n’est rien. C’est bien cela le problème. La note financière a même la particularité d’être un avis qui n’engage pas son auteur. Et pour cause ! L’histoire est riche de faillites retentissantes au lendemain d’excellentes notations. Enron, Vivendi Universal, Lehman Brothers, les subprimes, cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Faut-il s’appesantir sur la suspicion qui pèse sur son indépendance ? Comment se comporte-t-on quand on doit évaluer un produit à la construction duquel on a participé ?

Ces interrogations emportent ma perplexité sur la notation souveraine, spécialement celle des Etats africains. C’est simple, leur note appartient à la gamme des « B », celle de la spéculation, donc du risque. C’est dire le crédit de nos gouvernements. Il est alors tentant de recourir aux conseils des agences de notation, pour obtenir leur onction et avoir accès au Graal. A cette aune, les agences de notation vont présider aux destinées africaines, si ce n’est pas encore le cas. En tout état de cause, l’Afrique est-elle obligée d’être soumise aux marchés financiers occidentaux ? Ce générique abrite des réseaux bancaires, des multinationales et au cœur de la maille des individus plus riches que riches, détenteurs de fonds et parfois……d’agences de notation. On sort donc du champ économique et financier pour rentrer dans celui de la politique, bouclant la boucle.

Avant que le cas de l’Afrique ne devienne pathétique, nous ferions bien de phosphorer sur l’institution d’un marché spécifique, qui prenne en compte ses matières premières recherchées au point de provoquer des guerres, ses richesses agricoles, etc. Car l’émission souveraine doit être la réponse à la politique menée pour sortir enfin du sous-développement, seule façon pour les Africains de mesurer la pertinence de l’endettement et de l’accepter. Cette démarche devrait aboutir à une réglementation à l’échelle continentale, intégrant l’accès au crédit de tous, entreprises privées comme collectivités publiques.

La générosité, qui consiste à annuler la dette, est louable. Mettre un terme à l’humiliation qui consiste à se glorifier de figurer au palmarès des pays pauvres très endettés me semble meilleur. Cela implique un paquet de réformes, dont nos dirigeants devraient avoir le courage. Nos états n’ont de souverain que l’adjectif, notre drame financier et social étant la conséquence de notre propre démission. Et si l’on vous demande pourquoi on continue à confondre allègrement le remède avec le virus, répondez : « Business as usual ».

ARLÈTE TONYE
Avocat à la Cour
Pour lesafriques.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter