Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Afrique : Les papys font de la résistance


Lu sur le web
Dimanche 4 Mai 2014 - 12:45

Gérontocratie ? Les vétérans de la politique africaine n’entendent pas quitter la scène. En particulier les quatre mousquetaires Abdelaziz Bouteflika, Abdoulaye Wade, Robert Mugabe et Paul Biya. Et l’esprit de contradiction semble se développer avec l’âge…


Afrique : Les papys font de la résistance

Alors que l’Afrique vient de découvrir, dans une nécropole égyptienne, cinquante nouvelles momies vraisemblablement issues de la dynastie régnante, les classes dirigeantes contemporaines du continent comptent des "antiquités" quelque peu actives. Il faut dire que l’âge n’est pas synonyme de péremption, dans une Afrique encore largement imprégnée d’une culture de la chefferie qui considère qu’il n’y a d’ancien chef qu’un chef mort.

Si Wolde-Giorgis Lucha se fait discret depuis qu’il a quitté la présidence de l’Éthiopie à l’âge de 89 ans, en octobre dernier, d’autres octogénaires n’entendent pas économiser leurs maxillaires sous prétexte qu’ils ne sont plus sur le trône. C’est unretour tonitruant que le président défait Abdoulaye Wade vient d’effectuer au Sénégal, après une pudique retenue de deux ans, période nécessaire et suffisante pour émousser tout état de grâce. Les deux jours de controverses sur les conditions d'arrivée du "Vieux" à Dakar n’ont fait que nourrir une dramaturgie déjà bien huilée. Et c’est sans déambulateur que "Gorgui" a pu goûter à un bain de foule nocturne qui fleurait la nostalgie. Fier d’annoncer les résultats d’un check-up exemplaire, il entend bien peser sur le présent du Parti démocratique sénégalais (PDS) et sur l’avenir proche de tout le camp libéral. À presque 88 ans, il n’entend briguer aucun nouveau mandat, mais use manifestement à nouveau d’une capacité de nuisance intacte.

Trône éjectable

D’autres octogénaires n’ont pas été éjectés de leur trône. Le secret du Camerounais Paul Biya est sans doute de s’économiser et d’inhaler tout autant l’air frais de la Suisse que l’atmosphère tropicale du pays qu’il est censé diriger. Même les voyages officiels du chef de l’État sont programmés avec parcimonie. Sa marotte ? Soumettre la chevelure ébouriffante et éblouissante de son épouse aux regards médusés des souverains pontifes. C’est donc dans un Vatican mis en lumière par la paire de saints Jean Paul II et Jean XXIII que s’est rendu le président camerounais, en ce mois d’avril. Une occasion de découvrir le frais émoulu Saint père François. Et que l’on ne s’aventure pas à évoquer la santé du président camerounais. Il y a presque 20 ans, le regretté Pius Njawé  avait compris qu’elle constituait le sujet tabou par excellence.

Source : JA
Si les voyages de l’infréquentable président zimbabwéen sont devenus plus complexes à organiser, Robert Mugabe ne se laisse pas aller pour autant, lui qui est désormais passé dans le camp des nonagénaires. Lui, c’est labéatification de Jean-Paul II  qui l’avait conduit à Rome, en 2011. Il se contente désormais de faire l’actualité depuis son propre pays. Réputé pour ses goûts de luxe –de ses nouvelles résidences somptueuses aux mariages fastueux de ses enfants, en passant par ses anniversaires bling bling–, le plus vieux président élu directement au monde (l’Israélien Shimon Peres, presque 91 ans, n’est pas été élu au suffrage universel) annonçait à la BBC, ce mois-ci, le sacrifice de salaire qu’il entendait faire en solidarité avec son peuple meurtri pas la crise économique. Spartiate, "Bob" ne gagne plus que 4 000 dollars par mois
 

Voix eraillée

Parmi ces papys africains, l’ancien-nouveau président algérien fait figure de galopin. Pourtant, s’il n’a que 77 ans, il se meut bien plus difficilement que Mugabe ou Wade, notamment depuis son accident vasculaire cérébral. C’est dans une forme… paralympique qu’Abdelaziz Bouteflika vient de prêter serment pour la quatrième fois, ce 28 avril.  Il n’aura offert aux flagorneurs que trente minutes de prestations, édulcorant son discours et ne prononçant que d’une voix faible les formules protocolaires d’usage. D’une voix éraillée comme celle de Paul Biya, mais ne nous aventurons pas à évoquer la santé du président camerounais, etc.

Si l’état médical de Bouteflika le lui permet, il devrait célébrer, lui aussi, ses 80 ans au pouvoir. Qu’en sera-t-il des septuagénaires namibien Hifikepunye Lucas Pohamba (78 ans), congolais Denis Sassou-Nguesso (71 ans) et libérienne Ellen Johnson-Sirleaf (75 ans) ? Il semble déjà loin, le temps où Omar Bongo Ondimba et Mouammar Kaddafi comptabilisaient chacun plus de quatre décennies au pouvoir.

Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires