Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Afrique : Le Maroc, clé du développement régional des télécoms pour Oxford Business Group


Lu sur le web
Vendredi 10 Janvier 2014 - 14:00

Il y a quelques semaines, le cabinet de conseil McKinsey Global affirmait que le Maroc sera l’un des leaders numériques en Afrique en 2025. L’Oxford Business Group vient à son tour indiquer que le royaume sera une clé du développement des télécoms en Afrique. L’acquisition de Maroc Telecom par Etissalat, l’introduction anticipée de la 4G conjuguées à la hausse du nombre d’abonnés seront les principaux facteurs qui feront du Maroc l’acteur essentiel du secteur des télécoms sur le continent. Décryptage.


Afrique : Le Maroc, clé du développement régional des télécoms pour Oxford Business Group
Dans le secteur des télécommunications et du numérique, le Maroc est visiblement sur la bonne voie. Après que le cabinet de conseil McKinsey Global ait désigné le royaume comme l’un des leaders numériques en Afrique à l’horizon 2025, l’Oxford Business Group surenchérit. Selon le cabinet d'intelligence économique basé à Londres, le Maroc sera la clé du développement régional des télécoms en Afrique. L’acquisition de Maroc Telecom présent dans plusieurs pays africains par Etisalat, l’existence de trois opérateurs mobiles, l’introduction rapide de la 4G et l’accroissement du nombre d’abonnés feront du Maroc un acteur de premier ordre dans le secteur des télécommunications.  
 
L’entrée d’Etisalat dans le capital de Maroc Telecom sera l’un des fers de lance du développement régional du secteur des télécoms. Pour l’OBG, « la participation majoritaire au capital de Maroc Telecom est la parfaite illustration de la volonté des fournisseurs télécoms du Moyen-Orient et de l’Asie de renforcer leur présence sur le marché africain ». Au Maroc, le marché est marqué par la baisse des recettes. Ainsi, selon l’ANRT, fin septembre, les revenus moyens par minute de communication via téléphone portable ont chuté de 25 % à 0,43 dirham comparé à l’année précédente. Pour les services Internet mobiles, le revenu moyen par client en 3G a baissé de 35 % à 22 dirhams comparé  à 2012.

 
La 4G pour booster le marché
Pourtant, les points positifs sont bien là : le nombre de clients augmente rapidement malgré un haut niveau de pénétration. Le nombre d’abonnés a par exemple évolué de 7,93 % en glissement annuel pour atteindre 41,32 millions d’utilisateurs fin septembre, soit un taux de pénétration de 125,8 %. Pour ce qui est du nombre d’utilisateurs de la 3G, il a connu une hausse de 37,2 % en glissement annuel pour atteindre 4,43 millions d’utilisateurs. « Pour contrer ces revenus moyens par client en berne, les opérateurs misent de plus en plus sur l’utilisation des données et les services à valeur ajoutée », explique l’OBG.
Si l’immense majorité des abonnés internet est le fruit de la 3G, l’introduction prochaine de la 4G fin 2014 devrait accroitre les recettes. Un appel d’offres a d’ores et déjà été lancé par l’ANRT pour les premières licences 4G d’ici fin 2013 ou au début 2014.
 
Actuellement, les marchés des télécommunications moins développés en Afrique enregistrent une croissance rapide en nombre d’abonnés, mais la concurrence s’est aussi intensifiée entrainant la baisse du revenu moyen par client. Selon l’OBG, le Maroc n’échappe pas à une telle situation en raison de la présence de Wana et Meditel aux côtés de Maroc Telecom, le premier opérateur sur le marché local. Et ce dernier affiche une croissance de 10,3% de ses recettes annuelles dans plusieurs pays d’Afrique.
 
Présence renforcée d’Etisalat et de Maroc Télécom en Afrique ?
Depuis cinq ans, le taux de pénétration des mobiles affiche une croissance annuelle de 18 % en Afrique. Ce qui fait que les investisseurs dans le secteur des télécoms se ruent sur le continent pour renforcer leur présence. La décision d’Etisalat de racheter 53% des parts de Maroc Telecom est ainsi en « parfaite adéquation » avec sa stratégie même si l’opération de rachat reste encore suspendue à l’approbation de Rabat, les négociations entre Vivendi et Etisalat étant déjà bouclées.
 
Maroc Telecom et Etisalat sont déjà présents dans plusieurs pays africains. Tous les deux sont notamment au Gabon où l’opérateur marocain est actionnaire majoritaire (51 %) de Gabon Télécom, ancien monopole d’état et deuxième entreprise de télécommunications du pays. Selon l’OBG, des responsables officiels de Maroc Telecom se sont rendus au Gabon début novembre pour rencontrer le gouvernement, mais aucun détail n’a été donné sur une probable fusion ou acquisition entre les filiales de Maroc Télécom et d’Etisalat.
 
En attendant la 4G, l’utilisation généralisée de la 3G permettra de garantir la croissance future du marché. Même si les recettes des opérateurs pourraient baisser en raison de la concurrence, l’élargissement de la bande passante et une plus grande offre de services mobiles devraient les stimuler.

Source: yabiladi.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires