Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Affaire du forgeron : pourquoi cette peur de traduire son texte ?


A.O.S.A
Dimanche 5 Janvier 2014 - 10:29


Affaire du forgeron : pourquoi cette peur de traduire son texte ?
Depuis plusieurs jours, nous essayons de mettre la main sur une traduction sérieuse du texte du jeune ingénieur arrêté et contre lequel des appels au meurtre ont été lancés car cette affaire nous en rappelle une autre : celle de Birame quand il a brûlé les fameux livres qu’il qualifie d’être un code noir. Cette fois, Aziz, plus prudent, n’a pas accueilli les nerveux devant la présidence pour leur assurer qu’il aurait cette fois la peau de l’activiste présenté alors par le pouvoir et ses oulémas comme apostat.
 
Malgré des Fatwas, qui veulent désormais concurrencer les hadith vrais et faux, le monde arabo-musulman n’est pas entré dans cette danse macabre des esclavagistes et à part un ou deux vagues communiqués venus d’on ne sait où, rien ne sérieux pour soutenir cette crise d’hystérie politique voulant rendre sacré ce qui ne l’est pas car en matière de texte, il n’y a de sacré que le Saint Coran.
 
Le coup de grâce a été donné quand un cheikh, un seul, a pris la parole pour dire que ce que Birame a fait ne mérite en rien d’être qualifié d’apostasie ni même d’insulte à l’islam. Nous avons à l’époque écrit un certain nombre d’articles contre cette hystérie qui finit par s’essouffler mais Birame l’a échappé belle car un illuminé fanatisé aurait pu, et peut toujours, le liquider car dès l’instant où les médias publics lâchent au peuple fanatisé que vous avez insulté l’islam et brûlé des livres saints, le téléphone arabe fait le reste et vous voilà accusés d’avoir brûlé le Coran.

1- http://chezvlane.blogspot.com/2012/05/affaire-birame-cest-parti-bientot-un.html
 

Pendant tout ce temps la plupart des journalistes n’a pas cherché à creuser, on s’est contenté d’abord, comme aujourd’hui avec l’affaire du forgeron, de véhiculer les rumeurs. Hier, le paroxysme du crime journalistique a été atteint avec un appel au meurtre publié par Tawary et repris par Cridem, dont voici une capture d’écran, annonçant qu’à Nouadhibou un homme d’affaire aurait promis 10000 euros à quiconque liquiderait le jeune forgeron. L’article fut ensuite retiré mais après quoi ? Comment publier ce genre de chose au conditionnel de surcroît ? C’est le travail des bousiers.
 
Nous disons forgeron car, selon tous ceux qui nous ont traduit oralement son texte sans oser le faire par écrit, ce texte est un acte militant d’un jeune forgeron ingénieur de son état pour enfin que les forgerons aient aussi leur Birame car la situation des forgerons en Mauritanie est la pire de toutes or on ne les entend jamais comme si plus atteints que les esclaves qui acceptent leurs conditions sous l’enfumage de marabouts hypocrites et esclavagistes, les forgerons ont fini par croire à la prétendue malédiction qui les toucherait. Toutes les ethnies, toutes les races, toutes les cultures du pays présentent les forgerons comme maudits.
 
Chez les maures, on raconte à chacun depuis tout petit, que quiconque en rencontre un le matin, il n’a plus qu’à aller se coucher car sa journée est finie ; il n’y a plus rien à en espérer. La culture est allée jusqu’à inventer un faux hadith assurant que le prophète aurait dit que même érudit un forgeron vaut l’ignorant au sens islamique du terme. On raconte même que lors d’une bataille c’est un forgeron qui aurait cassé une dent du prophète pour bien les impliquer contre le prophète dès les origines. Sans oublier qu’on leur tire des racines juives comme si d’ailleurs les juifs n’étaient pas gens du Livre.
 
Nul autre qu’un forgeron, surtout éduqué, sachant parfaitement toute la littérature culturelle au sujet des forgerons ne peut savoir ce que c’est d’endurer cela surtout quand on voit les nationalistes arabes, les négro-mauritaniens radicaux et les hratines extrémistes revendiquer leurs droits à l’égalité sans personne pour poser sur la table le maudit problème des forgerons injustement traités de la pire façon.
 
Hier un ami m’a dit qu’après cette affaire, la femme du jeune forgeron l’aurait quitté car les marabouts qui ont déposé une plainte contre lui l’ont excommunié, le voilà hors de la communauté des croyants. Quand j’ai demandé à l’ami de quelle tribu est la femme, il m’a regardé comme un extraterrestre et m’a dit «  qui veux-tu qu’épouse un forgeron sinon une forgeronne ». Il m’a dit que même épouser une hartaniyeu est admis ici et là, même une griotte mais une forgeronne, ça non ! Il y a pourtant des exceptions adorables comme le père nouégheit, yarahmou qui serait un hartani mais qui aurait épousé une forgeronne mère de l’actuel héritier, comme quoi la malédiction est fausse vu la prospérité de la famille machallah.

lire la suite...
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires