Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Affaire BSA-impôts : tout ce bruit pour un malheureux milliard…


A.O.S.A
Lundi 21 Janvier 2013 - 05:07


Affaire BSA-impôts : tout ce bruit pour un malheureux milliard…
Déjà cette photo en dit long sur l'état d'esprit des deux partenaires. Aziz avec ses lunettes de soleil ne peut que goûter, en redoutable client, le coup asséné à son banquier car à la tête dépitée de Bouamatou qui semble recevoir une chinoiserie, on voit qu'il a compris, au menton haut de son ami, que c'est là le dernier et le seul cadeau à espérer de son poulain devenu entre-temps apparemment très dur en affaires...
 
Pour le reste, Bouamatou avait-il besoin de lâcher sa presse pour crier au loup, à l’assassin, au voleur et bientôt à l’ingrat ? Par les temps qui courent, il aurait dû faire comme un autre banquier qui jadis quand Aziz fit remplir une charrette de quelques milliardaires, celui-là signa d’un trait 2 milliards pour éviter l’infamie…


Au lieu de ça, voilà qu’on lit dans la presse que le directeur des impôts fait le sale boulot téléguidé par Aziz car qui à part Aziz peut protéger un homme qui s’attaque à Bouamatou ? On a eu droit à toutes les plumes  de la froidement indignée à la plus deimanienne sous la plume de notre Oumeir national qui là a pondu une capsule qui a dû lui donner le vertige tellement il tourne autour du pot en mettant d’un côté des parenthèses pour enfoncer les arguments des pro-bouamatou et de l’autre quelques piques accusant le D.G des impôts d’excès de zèle mais présumé… lol  Sacré Oumeir ! Dur dur de devoir écrire entre Bouamatou qui a graissé la patte à tous les barons de la presse comme il a soutenu de tout temps tous les partis avant de prendre fait et cause pour Aziz, dur dur d’être objectif entre lui et Aziz quand on est Oumeir.  Mais ce diable de journaliste amphibie s’en sort bien. Quel spécimen machallah.
 
Pour le reste cette guerre fratricide présumée risque d’emporter Bouamatou bien avant Aziz du moins l’amputer de quelques recettes jusque-là sympathiques car cette guerre qui doit donner des orgasmes de croque-morts aux nouégheits et autres ennemis insomniaques de Bouamatou, cette guerre par plume interposée fera sortir les chiffres que chacun tient sur l’autre. 
 
Ça commence, après les Nouégheit, c’est le tour des proches d’Aziz de prendre quant à Aziz, qui osera sortir les chiffres et les affaires l’impliquant directement preuves à l’appui ? En attendant c’est l’entourage qui trinque. Mais, tout ce déballage qui commence n’apprend rien à personne sauf à ceux qui n’ont que la presse comme source… Les autres, ceux du sérail ou de sa périphérie savent ce qui se passe. Dire tel est voleur ! Tel a fait fortune frauduleusement, en quoi  cela peut-il toucher les personnes concernées de nos jours ?
 
Jadis, tout le monde craignait la presse, puis le net. Tout le monde avait peur de voir son nom sinon sali du moins démasqué car au fond ce que chacun craignait c’est le regard des autres et éventuellement les conséquences des infos. Le pic a eu lieu avec X ould Y, ce fut terrible car tout ce qui se racontait en off était là en on et chaque baron savait qu’en allant au boulot tous ses employés qui savent lire, ont lu.
 
Mais l’hypocrisie chez nous est telle que jamais un bandit, un criminel ou même un traître à sa partie, à son parti, ou à son ethnie n’a pu jamais en payer le prix d’aucune façon car chez nous on respecte surtout ceux qui ont les moyens. Le noble est le riche, l’esclave est le pauvre. Le riche est puissant dans un monde où devenir très riche signifie forcément avoir tout un monde autour de soi qui dépend de vous et ce monde n’est pas petit pouvant à tout instant atteindre par l’emploi n’importe qui ou les siens car tout est lié chez nous, nous sommes si peu nombreux et l’état et les barons de la finance sont les maîtres du quotidien collectif jusqu’à son avenir immédiat. Gare donc à qui ose la vérité à moins d'appartenir à un des deux clans puissants qui se livrent cette bataille incestueuse de frères ennemis nés de la même impunité.
 
Après X, les choses ne furent plus jamais pareilles car les criminels ont compris que tout cela restait dans le monde virtuel pendant que dans le réel, ils étaient toujours respectés et leurs profits jamais inquiétés. Avec le net avant Aziz, les mots pouvaient encore beaucoup car les régimes précédents leur donnaient un poids. On pouvait par le net faire et défaire un ministre. Le système craignait encore le net.
 
Avec Aziz, après X, l’information est devenue encore plus vide de sens, dépourvue d’impact sur la réalité. Le pouvoir en prend note mais jamais il ne donne de quoi lier des mots à une de ses décisions quitte à brouiller les pistes pour sévir plus tard.

lire la suite...

 
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires