Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Abdoul Birane Wane : «J'ai été arrêté devant des témoins, puis fouillé comme un vagabond»


Actualité
Jeudi 9 Février 2012 - 19:07

Vingt-quatre heures après sa libération, le leader de Touche pas à ma nationalité, Abdoul Birane Wane, a convié la presse ce jeudi matin au siège du FONADH, pour s’expliquer sur les conditions de son arrestation, de détention, et l’orientation de son mouvement dans les jours à venir.


Abdoul Birane Wane : «J'ai été arrêté devant des témoins, puis fouillé comme un vagabond»
C’est une «tentative d'intimidation avortée» que Wane dénonce dès le début de la conférence de presse, dans la cour du siège du forum national des droits de l'homme (FONADH).
Le coordinateur du mouvement contre le recensement, est apparu serein et déterminé, revenant sur les conditions de son arrestation. «J'ai été arrêté devant des témoins, puis fouillé comme un vagabond» articule-t-il.

Au cours de sa détention il a côtoyé et partagé ses repas avec des étudiants détenus dans «des conditions difficiles». Estimant avoir été soulagé par la médiatisation, la pression et les divers soutiens nombreux manifestés, il a subi plusieurs interrogatoires de la part du commissaire sur la non-reconnaissance officielle de son mouvement, son éventuel soutien au mouvement estudiantin et son assistance à un des leaders de syndicats, Bathily, activement recherché par la police.

Jugeant être dans «un pays où le droit n’est pas respecté», en réponse à ces points évoqués il trouve qu’il est tout à fait juste de défendre des causes telles que le recensement, l’augmentation des bourses des étudiants, en tant que citoyen, avant d’ajouter que Bathily est recherché sans motif, et avance qu'il sera «soutenu jusqu'au bout».

«Les activités de TPMN vont se dérouler comme d’habitude. Rien n'a changé. Nous avons pleinement le droit de revendiquer nos droits» continue-t-il.

Une occasion pour lui de fustiger la justice nationale qu’il juge «déplorable et non indépendante», en réaction à la déclaration du commissaire qui a traité son mouvement de «raciste» pendant son interrogatoire, et lors de son audition mercredi devant le procureur général. «Le procureur a classé mon dossier en me demandant de rechercher une reconnaissance du mouvement pour ne pas avoir à me revoir dans son bureau» rapporte Wane.

Il a conclu la conférence en déclarant vouloir continuer sa lutte en assumant ses conséquences et se prépare à «toute éventualité», notamment lors de la tenue d’un sit-in devant la présidence le jeudi 16 Février prochain.

Awa Seydou Traoré
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires