Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Abdallah Essenoussi : Une bombe à retardement pour Aziz


Actualité
Mercredi 11 Juillet 2012 - 09:17

Abdallah Essenoussi, ancien chef des renseignements de Kadhafi, peut bien être considéré comm une bombe à retardement entre les mains du président Aziz. Détenu - retenu - à Nouakchott depuis plusieurs mois, il est réclamé, avec insistance, par les autorités de son pays qui tiennent à le juger pour tous les crimes dont il s’est rendu coupable mais aussi une bonne partie de ceux qu’on fait endosser à son ancien patron et beau-frère Mouamar Khadafi.


Abdallah Essenoussi : Une bombe à retardement pour Aziz
Mais l'on n’avoue pas qu’il y a plus important que cela : Senoussi est une véritable mine d’informations sur la Libye de Kadhafi, ses relations avec les Occidentaux (la France et les USA, notamment) et une bonne partie des pays africains.

C’est sans doute pour cette dernière raison qu’il est plus craint que haï par ceux qui ont eu à l’aborder lorsqu’il était encore au cœur du dispositif sécuritaire et relationnel mis en place par le " Guide ". Une donne que les autorités mauritaniennes connaissent très bien pour avoir bénéficié de " l’expertise " libyenne, lors de la crise politique d’août 2008, et qui pousse Aziz à ne pas céder aux pressions de Tripoli sans savoir d’abord ce qu’il risque de perdre - ou ce qu’il peut gagner - en abattant la carte Senoussi. C’est pour cette raison, qu’il temporise à chaque fois. L’arrivée d’émissaires libyens à Nouakchott, la dernière en date étant celle du vice-Premier ministre Moustapha Abou Chawouch, arrivant quelques jours après celle du Premier ministre Abderrahim Elkik, n’a rien changé à la donne. Même l’entretien téléphonique entre le président Aziz et le président du CNT (Conseil national de transition), Moustapha Abdel Jellil, n’a pas eu d’effets sur la position mauritanienne. Mais pourquoi ?

On ne peut croire que c’est parce que " l’otage de Nouakchott " est réclamé par plus d’un Etat ou entité (Libye, France, CPI). On ne peut aussi penser, comme le prétendent certains, qu’Aziz craint des révélations de Senoussi sur ses rapports avec Kadhafi, notamment dans la gestion du sulfureux dossier du 06/06/2008. Ni même que Nouakchott, comme dans une prise d’otage classique, voudrait monnayer son précieux prisonnier. Senoussi est probablement un " cas " qui permet à Nouakchott d’expérimenter, pour une fois, la gestion d’un dossier où la diplomatie parallèle prend le pas sur celle des allées du ministère des Affaires étrangères.

C’est pour dire que, si réellement Abdalla Essenoussi dérange aujourd’hui ça ne peut être que le pouvoir actuel dont il a certainement des secrets qui ne doivent pas sortir au grand jour. Non pas que le pouvoir à des craintes sur son soutien, jusqu’au dernier moment, au régime de Kadhafi, mais sur la manière dont le " Guide " avait orchestré son " fabuleux " séjour en Mauritanie, avec la prière qu’il avait dirigée au Stade Olympique et, probablement, des largesses qui ont permis au pouvoir de la " Rectification " de faire face à la série de mesures prises par la communauté internationale pour l’obliger à quitter le pouvoir.

C’est également les mêmes craintes qui doivent prévaloir aujourd’hui côté français, quand on sait que du vivant de Kadhafi, le président Nicolas Sarkozy avait été accusé par Saïf-el-Islam d’avoir reçu de l’argent libyen pour sa campagne présidentielle de 2007 !

Sneiba
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires