Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

A propos du Mawlid : entre Sidi Yahya qui m’a ému et ce savant saoudien qui m’a convaincu…


A.O.S.A
Lundi 12 Décembre 2016 - 13:14


A propos du Mawlid : entre Sidi Yahya qui m’a ému et ce  savant saoudien qui m’a convaincu…

Chacun sait combien je ne suis pas un ami de wahhabisme chez nous, chacun sait combien plus d’une fois j’ai critiqué l’orientation de l’armée spirituelle des Saoud qui aboutit à l’obscurantisme que l’on sait en Arabie Saoudite. Aussi, chacun doit être curieux de savoir ce qui a pu me convaincre à propos du Mawlid et rien de plus.  Contrairement à ce que beaucoup croient il ne s’agit pas de savoir qui est pour ou contre fêter le jour de naissance du prophète psl car aucun musulman ne peut être contre fêter un tel jour dans son cœur. 

 

Le problème est plus compliqué que l’on croit. Voici deux avis argumentés et totalement opposés à propos de savoir si les musulmans doivent fêter ou non ce jour comme étant le jour présumé de la naissance du Prophète PSL. Il paraît que Ould Dedew est contre pendant que Sidi Yahya est pour. Laissons Ould Dedew car c'est aussi un politicien. Ecoutons ce que dit Sidi Yahya puis lisons ce que pense du sujet un savant saoudien.

 

Ceux qui parlent français et hassania seront troublés après avoir écouté l’un et lu l’autre. Ceux qui ne parlent que français risquent d’être convaincus par le saoudien car ils y trouveront un plaidoyer sans appel contre le Eïd du Mawlid.

 

Pour ma part, j’ai écouté attentivement Sidi Yahya comme toujours. Il m’a beaucoup ému mais ses arguments sont balayés par le saoudien qui traite de toutes les raisons invoquées par certains pour fêter ce jour. Ce n’est pas une question d’amour du prophète psl ou non, c’est tout à fait autre chose...

 

Beaucoup de musulmans pensent que chacun doit faire selon sa conscience encore faut-il être bien informé sur le fond du problème et cela demande du temps et de la réflexion. On ne peut pas débattre de ces sujets en faisant des commentaires sur facebook car la question de fond est de savoir si c’est une innovation haram ou non.

 

Ceux qui refusent de fêter ce jour craignent par dessus tout qu’en ouvrant cette porte à l’innovation en matière de fête, on finisse par sacraliser à l’excès le prophète psl et finir au fil du temps par le faire adorer par les masses comme les chrétiens font avec Jésus, en en faisant une sorte de seconde divinité après Dieu...

 

C’est très grave.

 

C’est là l’unique problème majeur à mon sens. Le saoudien traite bien le problème sous tous les angles, et j’avoue pour une fois n’être pas insensible à cette démonstration même si je reste ému par les propos de Sidi Yahya qui joue plus sur l’émotion et en fait de bonne foi une affaire entre amis du prophète psl contre les autres… 

 

Pour ma part, je ne veux pas de charia selon Jean,  Paul ou Jacques, je veux la charia acceptée par tous les musulmans, celle qui ne laisse de place à aucune division, celle pour laquelle tout le monde est d’accord comme tout le monde est d’accord à propos des termes du Coran ou des hadiths authentiques. Ainsi le porc est sous le coup d’une interdiction formelle alors que l’alcool donne lieux à des débats… De là qu’au Maroc comme dans d’autres pays musulmans, on y produit de l’alcool comme au Sénégal en Algérie, en Tunisie etc. D’ailleurs même pour le porc certains, qu’on ne cautionne pas, trouvent matière à interprétation à partir de l’expression «  lahm el Khenzir " à l’époque qu’ils disent qu’on peut traduire par viande de Khenzir ou viande que mange le Khenzir. On trouve même tout un débat de linguistes à partir des racines du mot pour expliquer cette interdiction car ce serait en rapport avec une viande avariée dangereuse pour la santé mais Dieu sait mieux.

 

 

Quand j’entends un hadith présumé contraire au coran devant mes yeux, je récuse son authenticité et je ne veux personne comme maître de mes pensées entre Dieu et moi.

 

Je ne veux pas de la charia qui condamne pour l’éternité les musulmans à la division. Je ne veux pas qu’on soit sunnite car on est né de ce camp et chiite car on naît de l’autre perpétuant ainsi la division au hasard des naissances. Je veux qu’on soit musulman, chrétien ou même juif  après études et réflexion sous l'autorité du bon sens comme je veux que les musulmans mettent de côté ce qui les divise et recherchent l’union sur les fondamentaux de l'islam des lumières Je suis pour les débats civilisés et entendre les arguments de chacun. Mon islam est un islam des philosophes de bonne foi, des métaphysiciens, des scientifiques, c'est l'islam de l'émerveillement et de l'humilité, c’est un islam qui ne craint aucun débat avec les athées ou les agnostiques de bonne foi au contraire. Mon islam est tout sauf l’islam d’un minaret contre un autre car entre les guerres opposant savants de bonne foi présumée, je choisis la distance face au conflit où tous les arguments peuvent paraître pertinents mais où la vérité demeure mystérieuse. Je la cherche en toute bonne foi et quand je ne la vois pas, je prie pour avoir le discernement.

 

Je ne suis pas un saint car nous avons tous le diable sur le dos. Les Lacaniens l’appellent l’inconscient, il est à nos trousses, il assiège nos volontés, on peut faiblir et même y prendre goût car comme le dit le coran «  l’homme a été créé faible », l’essentiel étant de ne pas capituler dans cette bataille personnelle au milieu d’un monde où tout n’est pas visible et où il existe des forces positives et négatives. En un mot : mon islam consiste à essayer de finir sa vie sans avoir donné raison à Ibliss qui a juré de prouver que les humains ne valent pas la peine que les anges se prosternent devant leur ancêtre commun.

 

Quand on voit l’homme d’aujourd’hui, peut-on dire qu'il vaut mieux qu'un ange ? Mérite-t-il que les anges se prosternent devant lui aujourd’hui ? C’est dire combien Ibliss a pris une longueur d’avance sur son projet mais il ne peut pas vaincre à terme pour une raison simple : il ne peut avoir raison contre Dieu, l’Absolu. Ibliss remporte des victoires contre les hommes ennemis les uns des autres, Dieu balaye des générations entières de faibles, envoie par sa miséricorde d’autres prophètes jusqu’au dernier entre eux pour convaincre d’abord les arabes, les derniers récalcitrants.

 

En ce qui concerne ce jour du Mawlid : je pense que l’état mauritanien comme tous les états musulmans devraient éviter de choisir un jour fixe car personne ne sait de quel jour il s’agit exactement. Changer de date chaque année dans une fourchette déterminée comme jour férié sans tapage par respect de ceux qui refusent de fêter ce jour. Le pouvoir devrait faire de ce jour un jour de méditation et de débat à propos de la division entre les musulmans et donner chaque année tous les arguments pour ou contre cette fête.

 

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires