Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

A propos des milliards d’Ahmedou Ould Abdel Aziz et du douteux communiqué de Tawassoul…


A.O.S.A
Jeudi 14 Janvier 2016 - 19:42


Après ses déclarations à propos de la fortune présumée du défunt fils du chef de l’Etat et des tractations prétendument en cours organisées par Aziz pour récupérer une fortune présumée pillée aux citoyens mauritaniens, il faudrait sans tarder porter plainte contre Ould Wedia comme l’aurait fait Ahmedou qui, pour des accusations de ce genre, a reçu publiquement les excuses d’Afrik.com par exemple…
 

 

 

 
comme son père, chef de l’état, a reçu celles de Mamère…

 

 
Porter plainte est nécessaire de sorte que le journaliste, Ahmedou Ould Wedia, sorte les preuves de ce qu’il avance ou juste un début de commencement de preuve ou quoi que ce soit de tangible sinon des accusations sur le dos d’un jeune à peine enterré alors qu’il revenait d’une campagne humanitaire.

 
Qui est ce journaliste ? Il a eu son heure de gloriole en direct après avoir réussi à faire sortir de ses gonds  le chef de l’état au point qu’il décida de suspendre le direct sur-le-champ comme il a suspendu Sidioca et comme il aurait suspendu le fameux match qui lui vaut une célébrité désormais internationale.

 
Nous l’avions soutenu à l’époque de son arrestation pour violation du secret de l’instruction dans l’affaire Maurisbank comme si un journaliste pouvait être concerné par l’instruction…

 

 
comme nous avions salué son courage pour avoir osé tenir tête au chef de l’état dans un pays où c’est un exercice périlleux.  Pour preuve,  ce journaliste a ensuite été congédié par ses employeurs, peut-être parce que ces derniers bénéficient d’une part de la fameuse cagnotte de 200 millions que l’état distribue en majorité aux incapables qui permettent ensuite au pouvoir de dire que la presse en Mauritanie n’est pas mûre...
D’ailleurs le chef de l’état a ensuite pris les choses en main en se passant  à l’avenir de journaliste pour gérer ses rencontres avec la presse autorisée...

 

 
Aujourd’hui c’est avec  une curieuse consternation qu’on apprend que ce journaliste est l’auteur sur sa page facebook de graves accusations contre le défunt fils  du président sans qu’il n’apporte la moindre preuve de ses assertions.

 
Ainsi peut-on lire sur cridem  qui a traduit les propos du journaliste qui s’exprime en arabe « Les informations disponibles sur les comptes du défunt fils du Président, en Europe occidentale et orientale et sur ses propriétés foncières détenues en Mauritanie et à l'étranger, confirment que la fondation Rahma, n’était qu’un parapluie pour le blanchiment des fonds provenant des opérations intérieures et extérieures et des caisses spéciales acheminées par les voies aérienne, terrestre et maritime. »

 
-----------------------------

 
Peut-on savoir quelles sont ces informations et où sont-elles disponibles de sorte à confirmer les accusations ? Et si ces informations sont disponibles partout comment le journaliste peut-il dire « Je ne comprends pas le mystère du silence généralisé sur ces milliards déviés par cette fondation suspecte du bien public et transformés en agissements enfantins avides des butins frais, aux mains d’Etats, d’organisations et de personnes, au moment où la majorité des fils de ce pauvre peuple ploient dans les Oueds éloignés, sous la menace de la misère…

 
… Bien que ces informations circulent à grande échelle dans les cercles médiatiques, politiques et économiques, aucune voix ne s’est levée jusqu’à cet instant, pour soulever la question légitime. »

 
------------------------------

 
Quant à ce qu’il dit à propos des intenses activités du père chef de l’état pour mettre la main sur les fonds de son fils. En Europe, ni nulle part le chef de l’état ne pourra mettre la main sur quoi que ce soit à moins que tous les biens du défunt ne soient à leurs deux noms car le fils était majeur et son héritage revient à sa veuve et ses enfants.

 
On commence à en avoir assez des sorties sans preuve aucune comme on en a assez du pouvoir qui laisse faire au nom de sa devise «  les chiens aboient la caravane passe ». Que les comptes du défunt soient pleins ou vides, nous n’en savons rien et s’il était impliqué dans des détournements massifs, c’est normal que les journalistes fassent leur travail mais il faut croire que le journalisme d’investigation en Mauritanie ne signifie que rapporter des choses entendues dans les salons ou de la bouche des ennemis du pouvoir.

 
Depuis la création de la Mauritanie à ce jour, malgré une considérable brochette d’hommes d’affaires milliardaires sortis de nulle part sinon de fables justifiant à leurs enfants une origine tout de mérite, pas un livre, pas une enquête sur aucun d’eux ! Rien !  Il n’y a d’ailleurs de livre publié sur rien qui fâche...

 
On demande à ce journaliste de sortir ses preuves qui circulent partout et confirment ses accusations sinon on demande qu’une plainte à la Bouamatou soit déposée contre lui, le genre de plainte qui fait que depuis longtemps plus personne n’ose dire un mot pour accuser Bouamatou sans preuve.

 
D’ailleurs à propos d’Ahmedou Ould Abdel Aziz, je suis tombé tout à l’heure sur une phrase à caractère prémonitoire du FNDU écrite le 31 août dernier quand le front se demandait à propos du chef de l’état :

lire la suite...
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires