Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

A la veille des élections, la COD face au suicide politique…


A.O.S.A
Dimanche 4 Août 2013 - 00:11


A la veille des élections, la COD face au suicide politique…
Jusqu’au dernier moment on a cru que les élections allaient être reportées de deux mois, voilà que le couperet tombe et met fin au suspense silencieux dont la presse a très peu parlé pourtant il y a eu des négociations tous azimuts avec toutes les parties mais les exigences des uns étant allées trop loin, il a fallu fixer une date dans la fourchette délivrée par la CENI.
 
L’heure n’est plus à tergiverser, il faudra aller aux élections ou risquer de disparaître de la scène politique pour une raison simple : l’absence de troupe significative sur le terrain pour menacer le pouvoir. C’est le gros échec de l’opposition radicale : rassembler le plus grand nombre ou un nombre significatif d’opposants face auxquels le pouvoir n’aurait eu d’autre choix que de négocier jusqu’au bout comme ce fut le cas à l’époque du FNDD où le pouvoir naissant était encore mal installé car dépourvu de légitimité. Depuis il y a eu l’élection présidentielle reconnue par toutes les parties directement ou indirectement car même Ahmed Ould Daddah a donné du « Président » pour parler de Mohamed Ould Abdel Aziz. Depuis il y a eu la rupture verbale avec le pouvoir pendant que les opposants continuaient à recevoir salaires et privilèges venant de ce pouvoir dont ils ne voulaient plus entendre parler au point d’en appeler au coup d’état aux heures illuminées des plus éclairés démocrates d’entre eux.
 
Face à l’opposition radicale, de plus en plus faible, peinant à rassembler les foules ni au printemps ni à l’hivernage, qui s’enfonçait dans l’hiver des plus rudes sous un soleil de plomb, le pouvoir lui continuait à dérouler sa feuille de route face à la déroute du camp d’en face qui n’avait plus qu’un mot à la bouche «  non » et « non ». Non au dialogue, non à la CENI non aux élections mais « oui » à « Aziz dégage ». Hélas à ce jeu, il faut craindre que si l’opposition radicale continue à fuir les élections c’est elle qui risque de dégager de la scène politique par manque de troupe.
 
Pour affronter le pouvoir, il n’y a que deux méthodes : la force via une militarisation de l’opposition qui en viendrait à déclarer la guerre au vrai sens du terme au pouvoir qu’elle juge mafieux soit la lutte pacifique qui demande des troupes pour ne pas être ridicule car sans troupe respectable capable d’organiser des marches immenses, il n’y a plus d’opposition crédible dans un pays où la liberté d’expression est reine et où les prisons sont vides.
 
Cependant, l’espoir n’est pas perdu de voir l’opposition radicale comprendre que l’heure du suicide peut être évitée même si le score risque d’être mortel lui aussi. On a entendu bien avant que la date des élections ne fût fixée, la COD parler d’aller s’inscrire sur les listes électorales sait-on jamais. Etait-ce une façon de dire au pouvoir « nous pouvons encore nous entendre » histoire de gagner du temps ? Certainement mais depuis, le pouvoir n’a apparemment pas voulu jouer plus longtemps à ce jeu de dupes.
 
 La date est tirée, il faudra l’avaler !
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires