Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

A la Une: un train d’enfer


International
Samedi 22 Août 2015 - 20:56

La Nouvelle République titre : « Tentative d'attentat dans un Thalys ». Le Parisien Aujourd'hui en France, moins alarmiste, plus prudent, préfère parler en une « d'une attaque déjouée dans le Thalys ».


Le quotidien publie plusieurs photos dont une retient l'attention, et qui pourrait paraitre anodine pourtant. Ce sont les armes de l'assassin posées sur le sol, une Kalachnikov et neufs chargeurs alignés. Cela donne une idée de ce qu'aurait pu être le bilan de cette fusillade si l’homme n'avait pas été maîtrisé par deux militaires américains.
 
Le Parisien revient largement sur ce qu'il appelle l'acte « héroïque » de ces soldats en permission. Le train n'avait pas été visé en France depuis longtemps, « c'était la cible privilégiée des terroristes dans les années 80-90, où les transports en commun étaient particulièrement visés à cette époque », rappelle un spécialiste dans Le Parisien.
 
Selon une information de Libération, ce sont des voyageurs qui auraient prévenu les militaires qu'un homme s'était introduit dans les toilettes avec des armes. Les deux hommes auraient entendu le bruit de la culasse d'une arme lourde en train d’être chargée, ils seraient intervenus ensuite pour maitriser le tireur avant qu'il ne puisse commettre un « carnage », selon les propres mots d'un passager.
 
Le Figaro qui évoque un « drame évité de justesse », précise que l'hypothèse de l'attaque terroriste d'un train voyageur figure au premier rang des scénarios des services spécialisés. Les troupes d'élite du GIGN se sont même entrainés récemment sur un Eurostar et sur un Thalys, en avril 2013. Ce qui agace la presse ce matin, c'est le profil bien connu de l'agresseur.
 
Le jeune homme de 26 ans arrêté hier faisait l'objet d'une fiche de signalement des services de renseignements... « Une fois de plus, la polémique va enfler sur le contrôle de ces jihadistes », prédit Patrice Chabanet dans le Journal de la Haute Marne. Pour l'éditorialiste qui craint d’autres incidents du genre : « Il est clair qu'on pourra et qu'on devra resserrer le filet. Mais il se trouvera toujours des poissons pour passer à travers ».
  
Un nouveau Poutine américain ?
 
Le Figaro revient largement ce matin sur la percée dans les sondages de l'américain Donald Trump, à un peu plus d'un an des prochaines présidentielles aux Etats-Unis. « Il incarne le succès dans l’action, il transcende les frontières des partis, il se présente en homme fort », voilà en gros la recette de son succès selon Le Figaro. « On le compare à Vladimir Poutine. Les jihadistes n'ont qu'à bien se tenir, Donald Trump a tout du va-t-en guerre patriote.
 
 A la stupéfaction générale, le milliardaire est devenu la coqueluche de l’Amérique anti-establishment et caracole en tête du peloton républicain avec insolence, rassemblant 24 % des voix. Le candidat républicain Donald Trump suscite un vent de désarroi au sein de la classe politique américaine, qui, telle une fourmilière, s’agite fébrilement », constate Le Figaro.
 
Certains Américains apprécient son « parler vrai » sur l’immigration illégale ou sur la corruption de Washington. « Nous en avons assez de ce système politique bloqué, confie un fermier présent à l’un de ses meetings, chapeau de cow-boy sur la tête. Nous avons besoin d’un dur côté conservateur, dit-il, quelqu’un qui défende nos valeurs, tellement piétinées.
 
Trump lui n’a pas peur ». Alors beaucoup de vieux routards de la politique persistent à penser que « le Donald » ne sera qu’un feu de paille. « Souvenez-vous de Ross Perot, en 1992 ! », lit-on dans Le Figaro, « cet homme d’affaires populiste s’était présenté comme candidat d’un troisième parti à l’élection générale avant de faire perdre la droite américaine ».
 
Juppé : la stratégie de la sagesse.
 
Le Monde revient sur la stratégie du coureur de fond du candidat Juppé. Il est déjà en campagne pour 2017, comme s'il avait déjà gagné les primaires à en croire Le Monde. Sa stratégie : récupérer les déçus du centre et de la gauche. Pas de formules chocs, pas de dérive sécuritaire chez cet homme, mais plutôt une envie d'aller de l'avant, de prendre les problèmes à la racine. En choisissant l'école, « la mère des réformes », selon ses mots, il veut créer le débat autour de ses idées.
  
Dans son livre à paraitre « Mes chemins pour l'école », où il prend la droite à contre pied selon Le Figaro, Juppé se dit contre la ségrégation, et prétend « vouloir assurer à tout jeune Français une maitrise complète de la langue française (…) et une véritable qualification à la sortie du système éducatif...» Tout un programme, à l'heure où certains jeunes Français, semblent séduits eux, par l'école de la terreur.
 
La fin des partis ?
 
Alors que c'est l'heure des universités d'été, La Croix se demande pour sa part « comment réinventer le militantisme en France ? » Et attention, les français refusent de s'en remettre à des partis réduits à de simples écuries présidentielles, prévient le journal catholique.
 
Trois ans à peine après l'élection de François Hollande, le Parti socialiste aurait perdu le tiers de ses militants. Sur 120 000, à jour en de cotisation en 2014, seulement 65 000 militants ont voté pour départager les motions en lice lors du congrès de Poitiers. C'est le chiffre le plus bas depuis sa refondation en 1971.
 
L'UMP, devenu Les Républicains ne connait pas un meilleur sort. Il n'y a pas assez de débat interne estime un journaliste qui a passé plusieurs mois en immersion dans les partis. « Si on fait de la politique sans valeurs ni convictions, il ne faut pas s'étonner qu'il n'y ait plus de militants », s'indigne justement un ancien militant.
 
Les partis se sont professionnalisés et ont perdu leurs relais dans la société et leurs réseaux d'influence. Alors, on réinvente une forme de militantisme. C'est le cas de la coopérative, lancé par Europe écologie les verts en 2011, c'est un réseau d'écologiste non encarté dans le parti.
 
Les militants adhèrent au coup par coup, pour certains motifs environnementaux. On voit apparaître un engagement à la carte, une sorte de militantisme light. La Croix annonce dans cette enquête, « la fin des partis ».

RFI
 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire