Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

A défaut d’une révolution verte


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 23 Juillet 2012 - 12:00


Autres articles
A défaut d’une révolution verte
On était très sceptique quand, en 2009, les pouvoirs publics avaient décidé d’alléger le poids de l’endettement des agriculteurs le passant de 12 milliards environ à 5,7 milliards rééchelonnés avec période de grâce. On était sceptique quand les pouvoirs publics décidaient d’octroyer des parcelles aux diplômés chômeurs pour leur permettre de s’insérer dans la vie active. Quand on renvoyait la SONADER et l’UNCACEM dans les capitales régionales dont elles sont sensées favoriser le développement. Quand aussi on créait la SNAT entièrement dédiée aux aménagements… On était sceptique parce que les résultats n’arrivaient pas immédiatement. Ou parce qu’ils n’étaient pas satisfaisants à 100%. C’est comme ça : nous sommes toujours prêts à faire le procès pour 20% d’échec, alors qu’on se tait sur l’échec à 100%.
 
Pourtant les surfaces emblavées ont dépassé 25.700 ha pour les deux saisons des campagnes 2010-2011 et pourraient atteindre 35.000 ha pour les campagnes 2011-2012. La moyenne des années 90-2000 se situe à 17.320 ha toutes saisons confondues. A titre d’exemple la contresaison actuelle a permis l’emblavement de 9.679 ha contre une moyenne qui a été jusque-là de 3000 ha.
Du coup, la production a augmenté. Pour le paddy, le pays a couvert environ 58% de ses besoins durant la campagne 2012. Et si au niveau du pluvial, la production a diminué cette année, c’est bien à cause du déficit pluviométrique important. Déficit qui explique aussi la baisse des surfaces dédiées à la culture du blé, surfaces qui sont passées de 2054 ha en 2010 à 1800 ha en 2011. Il est cependant à noter que 28 variétés de blé ont été cultivées pour en identifier les plus rentables et les plus adéquates pour notre environnement et qu’un savoir-faire a été développé en la matière. En attendant, certaines variétés ont atteint des taux de rendement variant entre 4 et 5 tonnes/ha. L’expérience de la pomme de terre est elle aussi en bonne voie.
 
En 2010-2011, le pays a couvert 30% de ses besoins en céréales. Avec la bonne pluviométrie espérée cette saison et les efforts consentis, on espère mieux et plus. Pour ce faire, les réhabilitations de périmètres et l’aménagement de nouvelles terres vont permettre de remettre les populations au travail. A l’horizon 2015, si le rythme se maintient, on arrivera à disponibiliser 25.000 ha aux franges les plus démunies des populations. Si l’on y ajoute le programme de réhabilitation et construction de barrages et de diguettes, on se rend compte que nous pourrons avoir une révolution verte à notre mesure. 50 barrages et 50 diguettes refaits ou nouvellement construits dans le cadre du programme réalisé. Le projet Aftout Echergui en phase de mise en œuvre pour les deux années à venir… c’est comme ça que la maîtrise de l’eau devient un souci majeur dans la stratégie globale de développement rural.
 
Cette stratégie devrait définir les objectifs sur les 10 prochaines années pour donner une meilleure visibilité de là où l’on veut aller, de ce que le pays veut réaliser.

Mohamed Fall Oumere
 
oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter