Connectez-vous S'inscrire

7ème édition SENAF : NouakShort Film baisse les rideaux


Culture
Dimanche 4 Novembre 2012 - 17:40

              

La 7ème édition de la Semaine Nationale du Film (SENAF) rebaptisée "NouakShort Film " pour les courts métrages a baissé lundi dernier ses rideaux au Village de la Biodiversité. Cette manifestation cinématographique initiée par la Maison des Cinéastes, avec le soutien de la Communauté urbaine de Nouakchott, la Région Ile De France et le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, entre autres sponsors, a permis du 23 au 29 octobre 2012, d’animer la scène artistique nationale et de faire connaître au public de jeunes talents du 7ème art mauritanien. Beaucoup de lauréats ont été primés.


7ème édition SENAF : NouakShort Film baisse les rideaux

"NouakchShort Film " pour les courts métrages a donné le Clap lundi 29 octobre 2012. C’était au Village de la Biodiversité, en présence du Maire adjoint de Nouakchott, du Directeur du Centre culturel marocain, des diplomates égyptiens et marocains, de SEM.l’ambassadeur Mohamed Saïd Ould Houmody, de plusieurs autres invités de marque ainsi que d’un public en majorité jeune. La cérémonie de cette 7ème édition du Film en Mauritanie, qui coïncide avec le 10ème anniversaire de la Maison des Cinéastes (MDC) a été marquée par des discours, mais aussi par des projections de films et la remise de plusieurs prix aux lauréats.
 

Ainsi, le prix du meilleur court métrage dans la catégorie Compétition internationale a été remporté par le film "Vers une nouvelle vie " du Marocain Abdellatif Amajgag, alors que les deux prix Spécial Jury sont revenus respectivement au film "Fleurs de Tiwilitt " de l’Egyptien Wessim kourbi et le film"Cold January " de l’Egyptien Romany Saad. Sur le plan national, le meilleur court métrage de la 7ème édition de NouakShort Film a été remporté par le film "La vengeance de Fayza " du jeune cinéaste Yéro Djigo, qui double la mise après avoir remporté également le premier prix du festival de Film en 2011.
 

Cinéma africain : Le 10ème Festival du pays d’Apt (8-14 novembre 2012)

Plus de 35 films de cinéastes africains seront projetés du 8 au 14 novembre 2012 en France, à l’occasion du 10ème Festival des cinémas d’Afrique du pays d’Apt. Un "avant-festival " a été programmé du 19 au 21 octobre courant à Apt, département de Vaucluse (France). Des films algériens des premières années d’indépendance y ont été projetés, comme s’y est déroulé une rencontre-débat avec Boudjemaa Kareche, ancien directeur de la cinémathèque d’Algérie. L’idée du festival est de faire connaître la production cinématographique du continent africain, permettre des rencontres entre le public, les films et les cinéastes tout en servant de plateforme d’échanges. Cette année, un focus Algérie est au programme avec une rétrospective des 50 ans de cinéma algérien.
 

Cameroun : Le Festival "Yaoundé Tout Court" (29 octobre-3 novembre 2012)

La 8ème édition des Rencontres internationales des films courts dénommées "Yaoundé Tout Court"a débuté depuis lundi 29 octobre dernier et se poursuivra jusqu’au 3 novembre 2012. Créé en 2003 par l’association Sud Plateau, un vivier du jeune cinéma camerounais, ce festival met en place de la formation et projette des films venus d’ailleurs. Au programme un spectacle d’animation, des films locaux, comme "Le scénario " de Bertrand Baleguel, "Le dilemnne " de Basse Momasse. Pendant 5 jours, ce festival placé sous le thème "Cinéma national et identité culturelle" permettra la projection de 50 films répartis en "Compétition " et en "Regard Off", avec une ouverture sur le cinéma allemand. Des ateliers de formation pour les jeunes cinéastes sont également au programme.

 


JPEG - 26.8 ko Des prix ont été également attribués pour les Ateliers et d’autres à des personnalités du monde du cinéma, dont la Première Dame, Mme Mokhtar Ould Daddah. Il faut dire que cette édition conçue et réalisée par la MDC a connu 67 films d’excellente facture. Plusieurs films réalisés par de jeunes cinéastes locaux ainsi que des courts métrages étrangers, Burkina, Maroc, Tunisie, Egypte, Liban, ont ainsi tenu en haleine les cinéphiles pendant les sept jours du festival. En marge des projections, le Festival a eu également ses ateliers de réalisation et d’écritures cinématographiques, de montage et de caméra, mais aussi des expositions et des débats autour de thème sociaux. Parmi les films qui se sont faits le plus remarqué, celui du jeune réalisateur Mohamed Dede intitulé "Ahya Al Maghbara " qui nous replonge dans le Nouakchott des taudis et de la misère,"La Bague " de la Maison ISIS du Burkina, Gore Djiguenne de la jeune cinéaste Hanane Mint Vall qui lève le tabou sur les homosexuels, une minorité mal vue dans une société aussi conservatrice que la société mauritanienne. "Violences sexuelles en RIM " du cinéaste mauritanien Mohamed Beddy Houema fait également parti de ces films qui lèvent d’autres coins du voile sur les sujets tabous en Mauritanie. On citera aussi d’autres talents que la 7ème édition de la SENAF a permis de découvrir comme Ahmed Bah, Hamada Sidaty, Warda Mohamed, Mey Moustapha…

Cheikh Aïdara.
Source:
lauthentic.info
 

Noorinfo





Nouveau commentaire :
Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Vu de Mauritanie par MFO




Inscription à la newsletter
Suivez-Nous
Rss
Recherche