Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

3 questions à Maïmouna Mint Saleck : “Il faut que nous nous engageions tous dans l’éducation environnementale à la maison, à l’école, dans la rue, partout”


Société
Samedi 14 Avril 2012 - 15:59

Le village de la Biodiversité a accueilli le 2 Avril dernier le lancement de l'ouvrage pédagogique intitulé "A la découverte de l'environnement côtier et marin en Afrique de l'Ouest-Cahier de connaissances". La directrice de cette structure, Maïmouna Mint Saleck, insiste à cette occasion sur l’idée de vulgariser l’écologie, son intérêt supreme pour les populations habitant les littoraux côtiers, comme la Mauritanie.


Le littoral mauritanien vu d'en haut
Le littoral mauritanien vu d'en haut
Quel est l’esprit de ce projet de l’éducation à l’environnement ?

Le guide qui vient d’être lancé livre des connaissances sur le littoral côtier et marin. C’est une initiative du PRCM (Le Programme régional de Conservation de la zone Côtière et Marine en Afrique de l’Ouest-ndlr) qui regroupe les pays dont la Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée, guinée Bissau, Siérra Léone ,et Cap vert.

Nous travaillons avec quatre pôles dont le ministère de l’environnement (au niveau institutionnel), l’UICN (partenaires technique et financier), la société civile, et le Club des Amis de la nature.
La plus grande recommandation de ce projet du PRCM a porté sur la mise en place d’un programme d’éducation à l’environnement qui sert d’outil et d’aide à la prise de décision, pour les décideurs et les éducateurs, c’est à a travers cet outil qu’on peut parvenir à agir face aux grands défis environnementaux.

L’objectif est de changer les mentalités, les comportements, les habitudes de consommation de l’homme qui est le plus grand prédateur de l’environnement. Si on est dans cette phase de grands changements climatiques de grands défis environnementaux , c’est par ce que l’homme a mal agi à cause de ses mauvaises habitudes de consommations, C’est pourquoi il faut l’éduquer d’où l’importance du programme d’éducation à l’environnement, une thématique transversale de tous les programmes de développement durable.

Ces outils pédagogiques qui sont entrain d’être mis en œuvre ont été précédés par des ateliers de réflexions ,de plaidoyer de lobbying auprès des décideurs pour intégrer, développer et renforcer l’éducation environnementale dans les programmes scolaires que ce soit au niveau de l’enseignement secondaire, universitaire, professionnelle etc. …

Il faut que les éducateurs soient formés pour dispenser le contenu de ces outils, ensuite il y aura une phase de généralisation dans tout le territoire, mais on ne cible que la zone côtière, les villes côtières notamment.

Quelle est l’importance de ce guide pédagogique pour la Mauritanie ?

Pour mettre en exergue cette importance, il faut rappeler que la Mauritanie a 700km de côtes. De tous les pays du PRCM, elle est la plus gâtée en matière de littoral. On a d’immenses potentialités, dont deux grands parcs parmi les plus beaux, les plus grands de la sous-région, à savoir le Parc National du Banc d’Arguin et le parc national du Diawling. Cette dernière est devenue la réserve de la biosphère transversales entre nous et le Sénégal, cela marque le jumelage entre deux aires marines protégées.

Il ne faut pas oublier les dangers immédiats d’une telle proximité avec la mer. La ville de Nouakchott qui abrite le 1/3 de la population mauritanienne, est menacée par les inondations : il y a une menace au niveau du front littoral, territorial, avec un problème de desertification; sans oublier que 80% des ménages consomment encore le charbon de bois pour l’énergie domestique.
C’est un grand enjeu pour un pays quasi désert, comme le nôtre : nous n’avons que 3% de couvert végétal. Par ailleurs, un autre des grands défis est l’exploitation pétrolière qui constitue un risque sur l’environnement.

Est-ce si urgent que cela?

Quand on parle d’espèces menacées de disparition, je dis que l’homme est menacé de disparition au-delà de toutes les espèces végétales, animales, l’homme est fortement menacé par tous les troubles liés au changement climatique. Il faut changer de comportement, de mode de fonctionnement et de mode de consommation. Aujourd’hui. Il faut que nous nous engageions tous dans l’éducation environnementale à la maison, à l’école, dans la rue, partout.

Propos recueillis par Awa Seydou Traoré

Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter