Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

28ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football : Le Sénégal, la Côte d’Ivoire, et Lemghaivri Ould Ali


Sport
Samedi 21 Janvier 2012 - 15:04

Le 28ème Coupe d’Afrique des Nations s’ouvre ce samedi 21 janvier 2012 à Bata par le match opposant la Guinée Equatoriale, pays hôte, à la Libye, avant l'entrée en lice d'un des grands favoris, le Sénégal, face à la Zambie.


Autres articles
28ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football : Le Sénégal, la Côte d’Ivoire, et Lemghaivri Ould Ali

Comme les précédentes éditions la Coupe d’Afrique regroupe les 16 meilleures équipes du continent qui ont connu cette année d’importants changements avec l’élimination des grandes nations du football (Cameroun, Nigéria, Egypte) et la qualification de nouvelles équipes comme le Botswana, la Guinée Equatoriale, le Niger,  la Lybie, etc.  

Les "Verts" devenus les "Chevaliers de la Méditerranée" avec la chute du colonel Kadhafi se sont qualifiés pour la première fois de leur histoire sur le terrain à une CAN en dépit de conditions rocambolesques (la plupart des matches prévus à Tripoli ont été disputés à l'extérieur et certains joueurs évincés pour avoir soutenu le défunt régime). C’est une longue histoire marquée par une révolution que les joueurs libyens tenteront d’écrire.

La Guinée Equatoriale, adversaire du jour des libyens, doit sa qualification à la CAN à la co-organisation de la compétition avec le Gabon. 151ème au classement FIFA, l’équipe a changé d’entraîneur au début du mois de janvier 2012, et souffre de problème d’ingérence politique. Cependant, le fait d’évoluer à domicile a toujours son importance.
 

Le Sénégal, une grosse machine

Le Sénégal, lui, aura la pression du résultat. Jamais titré, il figure parmi les grands favoris avec la Côte d’Ivoire et le Ghana après des qualifications sans faute.  Amara, l’un des entraîneurs africains de la CAN, a l’embarras du choix parce qu’il dispose d’une pléiade de joueurs professionnels surtout dans le domaine offensif avec Mamadou Niang, Sow Demba Ba, Moussa Sow, Papis Cissé, Issa Dia, etc. D’autre part le Gouvernement Sénégalais a donné tous les moyens nécessaires à une bonne participation des Lions de la Téranga qui ont les moyens pour brandir pour la première fois le précieux trophée. Reste à savoir si le trop  de « vedettes » va s’avérer payant ?   
 

La Zambie, toujours présente

La Zambie qui jouera devant le Sénégal lors de la première journée est une équipe habituée à la compétition. Les Chipolopodos, qui ne comptent dans leur rang des joueurs de la trempe de Kalucha Bwalya, sont coriaces et ils l’ont prouvé durant les éliminatoires. D’autre part à la Can 2010, ils n’étaient pas non plus parmi les favoris ce qui ne les a pas empêche de terminer premier de leur groupe devant le Cameroun avant d’être éliminés en quart par le Nigéria à la série des tirs aux buts.  Les Sénégalais sont prévenus.
 

La Côte d’Ivoire, le trop de « vedettes »

La Côte d’Ivoire avec son armada de joueurs professionnels est incontestablement l’un des principaux favoris de cette 28ème édition. Les coéquipiers de Didier Drogba, qui ont échoué de peu lors de la précédente édition, ont la pression du côté de la population ivoirienne qui n’attend pas moins que le trophée. Le Président Ouattara en tête a formulé ce vœu avec le départ des Eléphants pour la CAN. Il faut dire qu’ils ont bien raison d’y croire avec la formidable génération de grands joueurs qui ont réussi à s’imposer dans des illustres clubs européens. On peut citer les frères Touré, Keita, Kalou Arouna Koné, etc. Didier Drogba, le capitaine de l’équipe, a annoncé qu’il jouait sa dernière Can pour l’offrir au peuple ivoirien concilié. Une promesse qu’il s’agit de concrétiser sur le terrain pour le plus grand bonheur des supporters de cette grande équipe.
 

Le Ghana ou le brésil d’Afrique

Le Ghana ou le Brésil d’Afrique, amené par André et Jordan Ayew (les fils d’Abédi Pelé), est cité logiquement parmi les favoris. Il s’agit d’une équipe technique qui a réussi à s’imposer durant ces dernières années en faisant revenir le football bien léché qu’affectionnent les ghanéens.  Le groupe tenu d’une main de fer par   le Serbe Milovan Rajevac a passé les éliminatoires sans se surpasser en revelant à chaque fois de nouveaux talents.  Avec une moyenne d’âge de 26 ans, les Ghanéens comptent avant tout sur la fraîcheur pour s’imposer au final.
 

Le Maroc ou le retour en force

Le Maroc revient cette année en force. C’est le moins que l’on puisse dire depuis que l’équipe a été reprise en main par le belge Eric Geretes. Non seulement les Lions de l’Atlas ont recommencé à gagner mais ils produisent un football alléchant qui a séduit les marocains.  Grâce à son expérience le technicien belge a réussi en quelques mois à former un groupe homogène de joueurs professionnels et locaux. Oublié le manque d’homogénéité et tout le reste, les Lions de l’Atlas sont bien de retour.  Il s’agit maintenant pour les coéquipiers de Chemakh de ne pas décevoir les espoirs de tout un peuple.
 

La Tunisie qui se cherche…

La Tunisie a réussi à se qualifier difficilement. De l’avis de nombreux spécialistes, les Tunisiens ont perdu de leur superbe à cause surtout des derniers événements qui ont secoué le pays et du coup ont eu un impact sur le championnat. Toutefois les poulains de Sami Trabelsi  ont réussi à déjouer les pronostics en arrachant leur qualification, un peu grâce au Tchad. Les coéquipiers de Ezechiel N’Douassel doivent très vite rassurer leurs supporters devant le Maroc, l’une des grosses pointures. C’est possible et le reste viendra.
 

La Botswana, l’équipe qui fait peur

Le Botswana, l’équipe qui a été dominé il y a 3 ans à Nouakchott par les Mourabitounes a fait du chemin et a grandit. Premier qualifiés de la 28èmeédition, les Botswanais ont montré que le travail paye parce qu’ils ont réalisé un parcours sans fautes et présenté une équipe homogène. L’équipe formée autour de joueurs évoluant à l’étranger pratique un football efficace et tourné vers l’offensive. C’est une équipe qui jouera incontestablement un grand  rôle dans cette compétition. C’est du mois ce que pense les observateurs.

Le Etalons du Burkina Faso, désormais des habitués de la CAN, ont acquis de l’expérience et comptent laisser leurs empreintes. Les Maliens et les Guinées qui reviennent ont des arguments à faire valoir parce qu’ils disposent de joueurs de qualité. Le Soudan, l’Angola, le Niger et la Gabon, pays hôte, tenterons eux aussi de tirer leurs épingles du jeu dans une compétition qui reste malgré tout ouverte.
 

Lemghaivri Ould Ali, le drapeau mauritanien

Voilà un peu une présentation sommaire des équipes qui prennent part à cette 28ème édition qui sera particulièrement suivie en Mauritanie parce qu’en l’absence des Mourabitounes, le pays sera présent à travers le jeune arbitre Lemghaîvri Ould Ali, coopté par la CAF parmi les arbitres d’élites qui vont officier durant le tournoi. La désignation de cet arbitre né en 1975 à Nouadhibou met fin à plusieurs années de disettes de l’arbitrage mauritanien (après le retraite d’Idrissa  Sarr en 1983) et permet à notre pays d’être cité dans le concert des Nations du football. L’ensemble des Mauritaniens espèrent qu’il réussira à passer plusieurs tours pour se diriger la finale comme l’a déjà fait en Lybie son illustre prédécesseur Idrissa Sarr.
 

Mohamed Feily dit Antar

 

calendrier_can_2012.jpg calendrier de la CAN 2012.jpg  (413.83 Ko)

Noor info


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter