Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

( 2 articles ) Pendant que le F.M.I félicite Aziz, la mauritanie s'enfonce dans la misère...


Actualité
Mardi 15 Mai 2012 - 03:20

A entendre le F.M.I, l'économie mauritanienne se porte à merveille : les caisses sont pleines grâce à Aziz qui ne lâche rien et bloque l'économie du pays en suivant les conseils des fossoyeurs de l’Afrique auxquels il ne comprend rien sinon fermer les robinets pour oser ensuite s'en féliciter à la télé devant les populations affamées...


( 2 articles ) Pendant que le F.M.I félicite Aziz, la mauritanie s'enfonce dans la misère...
artcile 1 : " La Mauritanie félicitée par le FMI pour ses performances économiques

La Mauritanie a été félicitée par le Fonds Monétaire International (FMI) pour ses performances économiques en dépit d’une conjoncture interne et externe difficile.

«La performance budgétaire a été meilleure que prévue, avec un déficit budgétaire de base équivalent à 0,2 % du PIB, reflétant un très bon recouvrement des recettes, y compris celles générées par le secteur minier, qui a plus que compensé les dépenses d’urgence occasionnées par le programme de solidarité 2011 », s’est félicité, lors d’une conférence de presse à Nouakchott, Amine Mati, chef d’une mission du FMI.

M. Mati qui a séjourné dans ce pays du 29 avril dernier au 14 mai courant, a souligné que les recettes minières ont doublé les « réserves de change à un niveau sans précédent de 501,6 millions de dollars, soit l’équivalent de 3,5 mois d’importations ».

Le responsable du FMI a ajouté que le taux de croissance du PIB réel en Mauritanie est estimé à 4 % en 2011, « en deçà des prévisions initiales, à cause de la baisse importante de la production agricole ». Il a également indiqué que « l’inflation demeure maitrisée à 5,7% et ce, malgré l’augmentation des prix internationaux des produits alimentaires et pétroliers. ».

Concernant les prévisions pour 2012, M. Mati a dit que la croissance se « situerait à plus de 5,5%, portée par la reprise vigoureuse de la production agricole et le dynamisme attendu du secteur des bâtiments et travaux publics » tandis que « l’inflation continuera à être contenue aux environs de 6% ».

Selon lui, « la résilience de l’économie mauritanienne se renforcera davantage face aux chocs exogènes, grâce à un niveau confortable des réserves de change qui permettront de couvrir environ 3,8 mois d’importations à la fin de l’année ».

Il a par ailleurs exprimé son soutien à « l’adoption de la nouvelle structure des prix des hydrocarbures, qui permettra de retrouver la vérité des prix d’ici la fin de l’année 2012 et de créer un espace budgétaire supplémentaire en faveur de la mise en œuvre efficace des dépenses de réduction de la pauvreté. ».

Se basant sur ces résultats, le haut fonctionnaire du FMI a promis de recommander à la direction de son institution « de soumettre à l’examen du Conseil d’administration la conclusion de la quatrième revue de l’accord triennal au titre de la FEC (Facilité élargie de crédit), prévu pour juin 2012.».

Il a toutefois exhorté Nouakchott à « accélérer davantage le rythme de mise en œuvre des réformes structurelles dans les domaines de la fonction publique, des entreprises publiques, des finances publiques et de la protection sociale ».

Le FMI invite aussi le gouvernement mauritanien à «continuer à améliorer le climat des affaires, entre autres, à travers l’application du nouveau code de passation de marchés, l’adoption du nouveau code des investissements »

Il plaide aussi pour un « remboursement continu et régulier des crédits d’impôts et le renforcement du cadre de concertation avec le secteur privé. ».

Agence de presse africaine "


( 2 articles ) Pendant que le F.M.I félicite Aziz, la mauritanie s'enfonce dans la misère...
article 2 " En Mauritanie, on ne mange souvent plus qu'un repas par jour

En Mauritanie, dans certaines communautés, le nombre d’enfants atteints de malnutrition aiguë a doublé en deux mois seulement. Les réserves alimentaires arrivent à leur fin. On estime qu’au summum de la crise, plus d’un million de mauritaniens sera en danger, soit un tiers du pays.

« Nous ne mangeons plus qu’un ou deux fois par jour », « nous n’avons pas subi une telle sécheresse depuis 1969 », « Les hommes de la communauté ont dû partir à Nouakchott pour gagner de l’argent » : les témoignages des chefs de communautés mauritaniennes sont éloquents.

De nombreuses familles de la région du Gorgol font face à une sévère pénurie alimentaire, au cœur d’une région pourtant considérée comme le grenier de la Mauritanie.


En cause : le déficit pluviométrique de 2011 qui a asséché les pâturages plus tôt que d’habitude. En Novembre déjà, un cri d’alerte avait été lancé : les récoltes ne suffiraient pas à alimenter la population jusqu’à la moisson suivante en octobre, presque un an plus tard. L’inflation du prix des céréales et l’écroulement des prix du bétail ont contribué à aggraver cette situation.

Face à l’épuisement des réserves alimentaires, il est essentiel de renforcer le dépistage et le traitement de la malnutrition. « Il n’y a pas de temps à perdre : il faut protéger les enfants les plus vulnérables en leur distribuant des rations dites de protection qui évitent de voir leur statut nutritionnel se détériorer, » martèle Mohamen Ghaly, nutritionniste à ACF, en pesant des enfants rassemblés sous un auvent en bois. Ces dernières semaines, le nombre de cas de malnutrition aiguë s’est envolé : en seulement 2 mois dans le village de Boudami, le nombre d’enfants de moins de 5 ans touchés a doublé.

Pourtant...

« C’est maintenant que le pire commence. Les prochains mois vont être extrêmement durs. La crise se transformera en catastrophe s’il ne pleut pas en juillet », explique Fatima Diop, une nutritionniste d’Action Contre la Faim. On estime qu’au summum de la crise, plus d’un million de mauritaniens sera en danger : un tiers du pays.

Face à la récurrence des crises au Sahel, il est essentiel d’agir sur le long terme tout en répondant à l’urgence. Parallèlement aux distributions de denrées alimentaires et aux programmes « Argent contre Travail » qui permettent aux familles de subvenir à leurs besoins immédiats, ACF mène des programmes qui renforcent la résistance aux crises futures.

En amont, ACF, présente dans le pays depuis 2006, opère des programmes de sécurité alimentaire. Dans certaines communautés comme Nabam y Ndiokoudila, la construction d’une digue pour retenir l’eau de pluie et d’un système d’irrigation alimenté par panneau solaire ont permis la création de petits potagers pendant la saison sèche. « Cela prouve que les solutions face à la faim existent. Mais en tant qu’ONG, nous ne pouvons répondre seuls à l’étendue des besoins: nous avons besoin de l’engagement des gouvernements, des bailleurs de fonds et des donateurs privés » conclut Sandrine Flament, directrice d’Action Contre la Faim en Mauritanie.

source : ACF  / Calame "


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires