Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

11 septembre 2001 : la « dust lady » est morte après un retour de l’enfer


Lu sur le web
Jeudi 27 Août 2015 - 20:00

Marcy Borders, la célèbre « dame poussière » (« dust lady ») des attentats du 11 septembre 2001 est morte d’un cancer de l’estomac à 42 ans. Après les attaques, celle qui se qualifiait comme « survivante » plutôt que comme « victime », avait entamé une longue descente aux enfers.


Marcy Borders, la femme noire entièrement blanche, recouverte de poussière
Marcy Borders, la femme noire entièrement blanche, recouverte de poussière
Une photo, où elle est d’ailleurs méconnaissable, l’a rendue célèbre. La femme noire entièrement blanche, recouverte de poussière, c’est elle, Marcy Borders, juste après l’effondrement d’une des deux tours du World Trade Center.
 
La « dust lady » (« dame poussière »), l’un des symboles de l’horreur des attentats du 11 septembre 2001, est morte d’un cancer de l’estomac lundi 24 août à l’âge de 42 ans. Lors des attaques, Marcy était employée depuis un mois en tant qu’assistante juridique à la Bank of America. Elle avait alors 28 ans.
 
"Ce que j'ai vu était un carnage"
 
La célèbre photo a été prise par Stan Honda, un photographe de l’Agence France Presse (AFP). Au moment du cliché, la « dust lady » sort tout juste de l’apocalypse. Elle s’est extraite de son bureau du 81e étage pour se mettre à l’abri dans ce hall. Selon la BBC, c’est sa mère qui a découvert la photo à la télévision. Marcy, elle, n’était pas au courant. Le magazine Time a classé l’image dans la liste des 25 plus puissantes jamais prise.
 
Au moment précis de l’attaque, la « dame poussière » « ramassait le courrier (…) le bâtiment a alors commencé à trembler et à se balancer. Il y avait énormément de blessé (…) Ce que j’ai vu était un carnage, et j’ai pensé : mon Dieu, je vais mourir d’une façon ou d’une autre. » A partir de cet instant, la vie de Marcy Borders ne sera plus jamais la même.
 
« Je n’ai pas travaillé un seul jour en presque dix ans. »
 
Le 11 septembre marque pour elle le début d’une longue descente aux enfers, où elle va tout perdre. Lors d’une interview au New York Post, Marcy racontait avoir « perdu le contrôle » de sa vie : « Je n’ai pas travaillé un seul jour en presque dix ans. J’étais convaincu qu’Oussama Ben Laden préparait d’autres attaques.
 
Je paniquais à chaque fois que je voyais un avion ». La « dust lady » commence à beaucoup boire, à prendre de la drogue, « j’ai commencé à fumer du crack » précisait-elle, car elle ne supportait plus sa vie. Deux événements vont créer un éléctrochoc.
 
Sa vie reprend à la mort de Ben Laden en 2011
 
Marcy entame une cure de désintoxication lorsqu’elle perd la garde de ses deux enfants. C’est une réussite. En 2011, quand Oussama Ben Laden est tué lors de l’assaut de sa maison au Pakistan, sa vie reprend un sens. « Maintenant j’ai l’esprit en paix » confiait-elle au New York Post la même année.
La « dust lady » ne se voyait plus comme une « victime » mais comme une « survivante ».

Malheureusement, trois ans seulement après cette renaissance, les médecins lui diagnostiquent un cancer de l’estomac auquel elle ne  survivra pas.

M6info

Le photographe Stan Honda et Marcy Borders en 2002
Le photographe Stan Honda et Marcy Borders en 2002
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires